Édito

Edito
Au seuil de cette nouvelle année 2023, j’associe mes souvenirs au colloque du centenaire de la revue Europe dont l’esprit et les traditions nous inspirent. Tout particulièrement le volet « Voix d’Europe » et « Guerres et paix vues d’Europe » Cette revue est proche de nous, car nombre de jeunes talents de l’Europe centrale et orientale ont été découverts et édités par Romain Rolland, Jean Guéhenno et Jean-Richard Bloch. L’histoire de la découverte de Panait Istrati est la plus connue, mais leur contribution à la naissance d’un des meilleurs essais de Ervin Sinkó est plutôt oubliée. Romain Rolland a trouvé sa confession poignante. Sinkó a assumé le rôle de chef révolutionnaire en 1919 puis il a émigré et il est devenu apatride. Les pérégrinations de Sinkó s’achèvent pour quelques temps, ses œuvres sont bien accueillies à la rédaction de la revue à Paris.  Le rôle messianique, le rôle du révolutionnaire reviennent dans ses réflexions qui seront publiées simultanément dans Europe et dans la revue Korunk à Cluj (Kolozsvár). La tragique tourne au comique avec la figure de certains héros.  Jean-Richard Bloch - assistant à la présentation de Švejk de Hašek au théâtre du Piscator à Berlin – découvre, en la figure du brave soldat, le anti-héros de l’époque.

La nouvelle exposition du musée Ludwig de Budapest rend hommage à la plasticienne Vera Molnár du 10 février au 14 avril 2024

Vera Molnar
Le musée d’art contemporain Ludwig de Budapest rend hommage dans sa dernière exposition à Vera Molnár qui aurait fêté ses cent ans cette année. L’exposition A la recherche de Vera Molnár - Oeuvres et réflexions contemporaines de Vera Molnar est accessible au public depuis ce samedi 10 février jusqu’au 14 avril 2024. L’exposition a été réalisée avec le concours de Stiftung Für Kunst und Kultur et la Galerie Vintage.

Budapest : une interprétation de la Messe en Si qui fera date (1)

Hmoll
​​​​​​​Qui ne s’est pas entendu poser la question de savoir quelle œuvre musicale il emporterait sur une île déserte ?  Les réponses peuvent varier, mais sans nul doute figurerait en bonne place, aux côtés de la Neuvième de Beethoven ou de Don Juan, la Messe en Si de Bach.  

Noé Bex, humoriste français installé en Hongrie : « J’ai commencé l’humour parce que j’ai toujours aimé ça, j’avais envie de tenter moi aussi »

Noé Bex
Café dans la main gauche, crayon dans la main droite, concentré sur ses carnets... Noé Bex semble productif attablé au café Babka Deli où il nous a donné rendez-vous. Ce 29 novembre dernier, nous avons pu nous entretenir avec le jeune humoriste franco-hongrois installé à Budapest depuis 2019. Il nous a parlé de sa nouvelle vie hongroise, son quotidien en tant qu’humoriste.