Edito

Chères lectrices, chers lecteurs,

Les vacances terminées, notre journal reprend ses activités pour vous informer des événements de la francophonie en Hongrie et au-delà de ses frontières.

Pour la rentrée de la vie culturelle, seront à la Une le cinéma et le théâtre, les arts plastiques, les actualités littéraire et musicale avec en particulier la présentation des programmes de l’Institut Français de Budapest et celle des expositions dans les grands musées et galeries de la ville.  Notons par exemple que la Galerie Nationale expose des œuvres de surréalistes français venues de la collection du Musée de Jérusalem. Nos journalistes ont vu des oeuvres de plasticiens contemporains exposées au même moment à la Galerie Budapest et en Belgique.

Les Hongrois et la chute du mur de Berlin...

11 septembre - 9 novembre 1989

Ce dimanche 9 novembre, les Allemands vont célébrer le 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin. A cette occasion figureront parmi les invités le chef d’orchestre hongrois Iván Fischer et son compatriote Miklós Németh, dernier Premier ministre - réformateur - de la Hongrie dite „communiste” (*). Une participation active, puisqu’Iván Fischer improvisera un discours et dirigera le concert de gala donné à cette occasion au Konzerthaus de Berlin dont il est le directeur musical. (**)

Tennis classics 2014

Mardi prochain le 18 novembre sera une rare occasion de voir les meilleurs joueurs du monde en Hongrie lors de la 7ième édition du tournoi exhibition Tennis Classics.

 

Villes fertiles

Première du film documentaire de Suzanne Körösi

Rencontre avec la réalisatrice à Budapest

Les maraîchers bulgares ont contribué à diminuer la famine dans la capitale hongroise assiégée en 1944. Leur manière de cultiver la terre devient emblématique pour assurer l’autonomie alimentaire des villes dans un avenir plus au moins proche. La première hongroise du documentaire sera suivie prochainement par les projections de la version française.

La rentrée à la Chambre de Commerce et d’Industrie Franco-Hongroise

Rencontre avec Laurent Poiron, président de la CCIFH

JFB : A la rentrée la CCIFH prend un nouvel élan dans des locaux plus accueillants, plus professionnels. Quels sont les avantages de cette nouvelle localisation ?

Laurent Poiron : Suite à notre déménagement fin mai, au cœur du quartier d’affaires de Budapest, l’équipe de la CCIFH évolue désormais dans un environnement international au milieu de nombreuses entreprises françaises de renom. Grâce à ce nouvel aménagement et à l’agrandissement de ses bureaux, la Chambre peut étendre, entre autre, son service d’hébergement. En effet, quatre postes de travail sont disponibles afin d’accueillir des V.I.E et/ou des commerciaux affiliés à des entreprises françaises. Entourée d’une équipe qualifiée, bilingue et disponible, chaque entreprise bénéficiant de ce service pourra s’épanouir dans un environnement stable et professionnel.

World Press Photo et Le baiser sur l’Ile Saint-Louis au Musée ethnographique à Budapest

Rencontre avec le photographe Peter Turnley

Vers où va le monde et les photographes qui le captent ? Le grand reporter Peter Turnley en a fait l’expérience : il a couvert les conflits à travers tous les continents et il a inauguré l’exposition World Press Photo à Budapest . L’exposition annuelle est un événement incontournable. Depuis de nombreuses années c’est Tamas Révész, photographe connu de New-York à Budapest, qui organise cette manifestation ainsi qu’ un master class à cette occasion. Cette année les images de la revue National Geographic et l’exposition Une lettre d’amour à Paris ont accompagné ce panorama de la photographie dans le monde.

Après le vernissage nous avons rencontré Peter Turnlay de passage à Budapest.

Così contre Così...

Così fan tutte aux opéras de Budapest .... et de Lyon

Admirateur de Mozart, mais très à cheval sur les moeurs (bien qu’il fût constamment amoureux et s’en vantât..) Beethoven reprochait à son aîné le livret de Don Juan qu’il jugeait immoral (1). Mais alors, que dire de Così fan tutte, avec son histoire de couples échangistes avant l’heure ?

Verdi à l’opéra de Budapest: un Requiem à réveiller les morts...

Pour une fois, ce n’était pas un opéra que l’on donnait de Verdi ce mardi sur la scène de Budapest, mais sa messe de Requiem... Ne gardant pas le meilleur souvenir d’une précédente interprétation sur cette même scène , je me méfiais, mais étais en même temps très curieux. Aussi n’ai-je pas hésité à me prendre un billet - à ma place de prédilection: le poulailler.

Duchamps et Eluard jouent aux échecs. De dada au surréalisme

Une exposition du Musée d’Israel à la Galerie Nationale de Budapest

Rencontre avec le directeur général du Musée: James Snyder

Une riche collection du musée situé sur les collines de Jérusalem est arrivée sur les collines de Buda à la Galerie Nationale pour présenter les objets d’art du mouvement dada et du surréalisme. A la Galerie Nationale une exposition paralelle dédiée aux artistes hongrois de la période - fut également inaugurée.

Nous avons rencontré le directeur James Snyder et la commissaire Adina Kamien-Kazhdan.

Opération Portes ouvertes à l’Institut Français de Budapest

Entretien croisé avec Hervé Ferrage et Isabelle Farçat

  A la rentrée l’Institut Français de Budapest invite le public à  découvrir de nouveaux espaces accueillants dans le cadre de l’opération Portes ouvertes et un programme riche pour l’automne. Nous avons rencontré le directeur de l’Institut Hervé Ferrage et son adjointe Isabelle Farçat.

Syndication

Syndiquer le contenu