Vous êtes iciInternational

International


International

Vent de révolte à l'Est

Réforme de la zone Euro

 

Les pays d'Europe de l'Est non encore membres de la zone euro ont exprimé le 12 septembre leur mécontentement d'être tenus à l'écart des débats en cours sur la réforme de l'Union monétaire et ont menacé de soumettre à référendum leur appartenance à l'Union Européenne.

La Hongrie, l’espoir infini

Vague d’immigration

 

Le but: Subotica (Serbie), ce lieu représente le dernier arrêt, le dernier rempart, l'espoir. Après cette ville commence la zone Schengen, où il n’y aura plus de contrôle frontalier.

Dynamiser la relance économique

Le cofinancement des fonds de l’UE

 

La Commission européenne a approuvé le 1er août un ensemble de mesures susceptibles de faciliter considérablement la remise sur pied de certaines des économies de l’Union les plus en difficulté. La Hongrie fait partie des pays ciblés par ces mesures.

La silhouette d’un homme

Priorités de la présidence polonaise

 

C’est à un réel changement que la Pologne entend inviter l’Europe. Inexistante entre 1795 et 1918, sous la domination des soviétiques pendant près d’un demi-siècle, la Pologne célèbrera, grâce à cette présidence, son retour dans l’Europe, son retour dans l’Histoire. Plus concrètement, la Pologne planchera essentiellement sur trois thèmes.

Purge libérale

Mise en relief de la crise qui secoue la zone euro

 

Il semblerait que la zone euro en soit à cette minute décisive, cet instant où convergent les contradictions et où s’ouvre – ou non – la possibilité de l’après, ce que les Grecs anciens appelaient le kairos.

Succès et demi-succès

Bilan de la présidence hongroise

 

La présidence du Conseil de l’Union européenne assurée par la Hongrie pendant six mois vient de s’achever. Entaché par le vote d’une loi sur les médias jugée liberticide, l’adoption d’une nouvelle Loi fondamentale à tonalité conservatrice, le travail de l’équipe hongroise semble pourtant, selon les autorités européennes, s’être conformé au calendrier initial. Mieux, le travail accompli est considéré comme étant à l’origine de nombreux progrès, tant sur le plan politique qu’économique.

Une Europe plus forte

Bálint Ódor, Secrétaire d’Etat adjoint aux Affaires européennes

 

Cet économiste de formation, diplômé de l’Université de Fribourg en Suisse, et donc parfait francophone, a déjà une carrière bien remplie dans le domaine des Affaires européennes. Il a contribué également en tant qu’expert à la réforme constitutionnelle de l’Union européenne. Aujourd’hui Secrétaire d’Etat adjoint aux affaires européennes, secrétaire du Comité interministériel pour la coordination européenne de la Hongrie, directeur européen, il a été en charge de la préparation et de la coordination des missions de la présidence hongroise. Il livre au JFB ses impressions sur ce semestre chargé de la présidence hongroise de l’Union Européenne (UE).

Tribune de Laurent Wauquiez

Présidence hongroise de l'Union Européenne

 

Pour la première fois de son histoire, la Hongrie a présidé l’Union européenne. Cette présidence s’achève aujourd’hui et la Hongrie peut être fière du travail accompli. Le défi était de taille pour ce pays sorti de la dictature depuis moins d’une génération et revenu dans la maison européenne depuis six ans. Avec la crise financière depuis 2008, présider l’Europe est une gageure. Les répliques de cette crise, dont la situation grecque est le reflet, nous rappellent à quel point l’Europe doit plus que jamais resserrer les rangs pour faire face à ces défis économiques.

Notre drame grec

La chronique de Dénes Baracs

 

Dernièrement, il n'est que peu question du drame grec dans les hautes sphères de la finance internationale et encore moins dans celles de nos foyers. La Grèce semble loin de nous dans l’espace et le monde des drames de Sophocle ou d’Euripide encore plus loin dans le temps. Mais qui sait : peut-être le hubris – dans la mythologie grecque, démesure allant jusqu'au dépassement des limites - peut nous atteindre nous aussi : les Hongrois, les Grecs, les Français, les autres, bref, les Européens.

Proche de la ligne d’arrivée

L’adhésion de la Croatie à l’UE

 

Après six ans de négociations, la Croatie approche de la ligne d'arrivée pour devenir le 28ème Etat membre de l'Union européenne. Les Européens sont toutefois divisés sur le bouclage des négociations d'adhésion de la Croatie à l'UE.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu