Vous êtes iciInternational

International


International

Où en est la Hongrie avec le FMI?

L’évènement politique de cet été aura sans doute été le pied de nez du gouvernement au fonds monétaire international. Le FMI demandait alors au nouveau gouvernement de poursuivre l’effort d’assainissement des comptes publics sans quoi la dernière tranche (5 milliards d’euros) du prêt accordé à la Hongrie en 2008 ne serait pas versée, ce que le gouvernement avait refusé afin de montrer sa volonté de rupture avec l’équipe précédente. Cette attitude avait provoqué le départ du chef de la mission du FMI en Hongrie et ainsi l’arrêt des négociations. Point sur les relations entre la Hongrie et le FMI.

Vers un renouveau de la coopération judiciaire franco-hongroise

Profitant de sa venue à Budapest pour la convention annuelle de l’association Trans.Cité, le secrétaire d’Etat français à la Justice, Jean-Marie Bockel a eu un entretien convivial avec son homologue hongrois Róbert Répássy.

Diplomates hongrois licenciés

Une douzaine de diplomates hongrois qui avaient été nommés à différents postes à travers le monde, ont vu leur départ annulé par le Ministère des Affaires Étrangères lors de l'arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement. Ils ont décidé de porter plainte.

Les retraites des expatriés

Le lundi 20 septembre, la section Hongrie de l’Union des Français de l'Etranger (UFE) a organisé, à l’hôtel Novotel Congress, une conférence sur les retraites avec pour thèmes: «Quels sont mes droits à la retraite en France ? Quand et comment les optimiser ? Quels seront les impacts de la réforme de 2010 sur ma retraite ?

Une soldate hongroise tuée dans le nord de l'Afghanistan



Un nouveau centre contre le terrorisme

En fusionnant des services anti-terroristes indépendants, le gouvernement a ainsi créé le Centre National contre le Terrorisme (TEK), inauguré le 1er septembre dernier. Ce nouvel organisme se concentrera sur la prévention, l’observation et l’intervention face aux actions mettant en risque la sécurité intérieur du pays.

La question rome

Depuis le début de l’été, attisés par une importante couverture médiatique, les débats politiques en France ne cessent de tourner autour de la question rome et de ses enjeux au niveau national et européen. Puissent ces débats déboucher sur la mise en œuvre d’une réelle et vaste politique d’intégration de cette minorité, qui reste marginalisée, victime de préjugés tenaces, de discriminations et de violences, malgré les politiques successives menées en faveur de leur intégration, notamment en Hongrie.

Présidence hongroise du Conseil de l’Union européenne

La Hongrie assurera, pendant six mois, la présidence du Conseil de l’Union européenne (UE) à partir du 1er janvier 2011, sur la base d’un programme commun élaboré avec l’Espagne et la Belgique (en concertation avec le Président du Conseil européen). L’objectif de cette présidence est double: agir au regard du programme de travail commun et favoriser l’implication dans les affaires européennes des dirigeants et de l’opinion publique du pays concerné. Aperçu sur le sujet qui occupera une importante partie du débat politique à la rentrée.

Brèves internationales

Les Polonais «bien éduqués» d'ici à 2020?

 

Si le gouvernement polonais a fermement critiqué les objectifs européens de la «Stratégie 2020», notamment en matière environnementale, il se veut élève modèle en termes... d'éducation. 45% des citoyens polonais sont ainsi censés posséder un diplôme universitaire d'ici à 2020, contre 29,1% aujourd'hui et 40% demandés par la Commission européenne. Concernant les élèves abandonnant l'école précocemment, la Pologne est déjà à 5%, en-deça de l'objectif européen de 10%. Le gouvernement compte ramener ce chiffre à 4,5%. Cependant, rien n'a été annoncé dans les domaines de pré-éducation ou de formation continue, qui posent des problèmes cruciaux en Pologne.

Gaz en Ukraine: la «réformette» d'un éléphant

Culture (européenne) sur les rives du Bopshore

Quand la porte de l'embarcadère s'ouvre, un flot de passagers se jette sur le pont du bateau. Si les touristes se disputent une place à l'extérieur, sous le soleil de juillet, les habitués s'acheminent tranquillement à l'intérieur moins encombré, ouvrent un livre ou ferment les yeux. Sans attendre, un jeune serveur passe dans les allées en proposant pâtisseries et thés. De quoi profiter de la traversée sur le service de ferry-bus d'Istanbul, à balancer entre Europe et Asie. Voyage à travers l'ancienne «Sublime Porte», nouvelle capitale d'une autre culture européenne, et pas seulement en 2010

 

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu