Vous êtes iciInternational

International


International

Réflexions danubiennes

L'amitié est une valeur précieuse, et ses manifestations parfois rares. Sur les quelques 470 kilomètres du Danube qui composent la frontière romano-bulgare, elle est même unique. Le “Pont de l'Amitié” (aujourd'hui “Pont du Danube”) a été inauguré en grande pompe par les républiques populaires des deux pays en juin 1954, comme un exemple de bonne coopération socialiste. A ce jour, il constitue encore le seul lien terrestre entre les deux «rives internationales». Un assez mauvais exemple de coopération européenne.

A Timisoara, la crise n'existe pas

Si révolution il y a, cette fois elle ne partira pas de là! Alors que le mouvement contestataire anti-Ceauscescu est né sur les places de Timisoara, déclarée «première ville libre» de Roumanie le 20 décembre 1989, la «cité des roses» semble aujourd'hui étrangement indifférente à la crise qui frappe le pays, ainsi qu'aux frustrations qui en découlent. Aperçu d'une autre Roumanie.

De Moscou à Bruxelles

Le sentiment européen dans la Hongrie d’aujourd’hui

Quelle est la place de l'Europe au sein des partis politiques hongrois? Comment comprendre et analyser le sentiment de la population vis-à-vis de l'Europe, très paradoxal eu égard à l'enthousiasme qui régnait en 1990? Une analyse toute en nuance pour mieux comprendre la Hongrie d’aujourd’hui, au cœur de cette Europe qu’on dit centrale.

Ensemble pour une Europe en action!

La Présidence belge du Conseil de l’Union européenne

Au 1er juillet, la Belgique assurera la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. L’UE fait face à de nombreux défis qui demandent une Europe plus forte, plus cohérente, plus déterminée mais aussi plus accessible. La présidence belge entend contribuer à relever ces défis grâce à une action collective et un dialogue intense avec les institutions et les Etats membres.

En démocratie, le gagnant peut être le perdant

Tous unis contre le Premier Ministre. Tel semble être le mot d'ordre en Slovaquie, où quatre partis de centre-droit sont sur le point de former une coalition gouvernementale afin d'évincer Robert Fico, actuellement en poste et pourtant vainqueur des élections du 12 juin, et de consacrer Iveta Radicova, leader des Chrétiens-Démocrates libéraux (SDKU-DS), comme première femme Premier Ministre de l'histoire du pays.

La Slovaquie contre-attaque

La loi sur la double nationalité des Hongrois de l’étranger vue de Bratislava

L’une des premières décisions du nouveau gouvernement de Viktor Orban a été de faire voter la loi sur la double nationalité des Hongrois de l’étranger. Un choix politique qui n’est pas du goût de la Slovaquie voisine, qui vient de vo-ter une loi interdisant la double nationalité à ses ressortissants.

Recherche et Développement

Les investissements en R&D à l'Est de l'Europe

C'est l'une des priorités de la déjà très décriée stratégie «UE 2020». Pendant la prochaine décennie, les investissements en Recherche & Développement (R&D) doivent grimper à 3% du PIB de l'UE-27. Un objectif noble dont le bien-fondé ne fait pas de doute, mais que les Etats-membres ont souvent du mal à mettre en œuvre, en particulier les nouveaux pays de l'espace post-communiste. Un clivage qui pourrait pérenniser la fracture est-ouest.

Rigueur sur fond de velours

Suite aux résultats des élections législatives tchèques des 28 et 29 mai derniers, l’ODS, le parti conservateur de centre-droit, devrait former une coalition avec deux nouveaux petits partis de centre-droit. Sanction contre les grands partis ou signe de maturité des électeurs tchèques? Une chose est sûre: le pays s’est engagé en faveur d’une politique de rigueur.

Trianon: le point de vue hongrois

La Hongrie s’apprête à commémorer le 4 juin le 90e anniversaire de la signature du Traité de Trianon, qui a amputé le pays de près de deux tiers de son territoire au lendemain de la Première Guerre Mondiale. A cette occasion, le Parlement se réunira probablement à l'occasion d'une séance commémorative. Un premier pas vers un consensus entre les partis politiques sur cet évènement douloureux du XXe siècle, que la plupart des Hongrois n’a toujours pas réellement accepté.

Un air de 1989 à Bucarest

Citoyens, unissez-vous! «Comme on a fait en 1989, quand on a renversé la dictature!». Parole d'étudiant gauchiste? Non. C'est ainsi que, le 19 mai dernier, Marian Gruia, responsable syndical de la police nationale roumaine, encourageait des milliers de manifestants, dont nombre de ses collègues policiers, à intensifier la lutte. On n'avait pas vu un tel mouvement de masse depuis la chute de Ceausescu.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu