Vous êtes iciEconomie

Economie


Economie

Budapest Airport se démène

Malgré les travaux d’aménagement, la fermeture du terminal 1 et des campagnes de communication des plus sympathiques, l’aéroport Liszt Ferenc reste dans la tourmente. Selon les estimations et principalement du fait de la disparition de la compagnie MALÉV, l’année 2012 pourrait compter entre 5 et 13 % de passagers enregistrés de moins qu’en 2011. Au deuxième trimestre 2012, l’aéroport a compté 24 % de moins de vols par rapport à la même période l’année précédente. Même si plusieurs compagnies ont augmenté leur nombre de vol, particulièrement dans le secteur des low-cost, il est clair que l’impact sur les industries liées au tourisme  sera important et que la reprise attendue depuis l’année dernière ne se produira pas. 

Loi de Finances

Le gouvernement pourrait modifier la loi de Finances même si dans son état actuel celle-ci devrait permettre au gouvernement de tenir ses objectifs budgétaires. En effet, avec une claire volonté de conciliation le Parlement pourrait voter un certain nombre d’amendements prenant en compte certaines des mesures suggérées par le Fonds monétaire international et l’Union européenne. Les mesures liées à l’emploi et à la protection sociale sont considérées comme essentielles par les députés du groupe Fidesz comme par le gouvernement et ne devraient pas être remises en cause mais d’autres mesures pourraient permettre d’atteindre les objectifs fixés par le FMI et l’UE. Le Premier ministre a admis que des mesures pouvaient être prises dans le domaine de la bureaucratie mais que l’ensemble des conditions posées n’étaient pas acceptables et présentera bientôt une série de contre-propositions. De fait, la durée extrêmement longue de ces négociations n’est pas sans conséquence sur l’économie hongroise, le gouvernement,  comme les représentants du FMI et de l’UE en sont conscients. 

Pour une meilleure compréhension mutuelle

Un entretien avec  M. László Madarász

Bien que peu connu du grand public, du fait de sa trop grande discrétion, László Madarász est ce que l’on appelle un homme d’exception. Au cœur des relations franco-hongroises depuis 22 ans, il a été le premier président de la CCIFH  jusqu’en 1997. Diplômé de HEC et de la Harvard Business School, banquier réputé, membre de nombreux conseils d’administration, chevalier de l’Ordre National du Mérite et de la Légion d’honneur, médiateur nommé par le gouvernement hongrois pour les conflits d’intérêts entre la Hongrie et certaines grandes entreprises françaises  jusqu’en décembre 2011, il siège aujourd’hui, entre autres, au Conseil de surveillance de la Banque centrale de Hongrie.

M. Madarász a accepté de retracer son parcours pour le JFB et nous livre son analyse sur la situation actuelle et sur les clefs d’une meilleure compréhension mutuelle.

Des sous, des sous!

Comment consolider le budget de l’Etat

Afin d’éviter le gel des fonds de cohésion annoncé par l’UE en raison d’un déficit public excessif de la Hongrie, le pays recherche activement des recettes pour consolider son budget. C’est chose faite ou du moins en partie. En effet, les mesures préconisées par György Matolcsy, ministre de l'Economie Nationale, ont reçu un accueil plutôt froid de la part des experts et de l’opinion publique.

Marche arrière

La Banque centrale

L’épisode ouvert par l’annonce de mesures touchant le fonctionnement de la Banque centrale de Hongrie semble prendre fin, à la grande satisfaction de la Commission européenne.

Ecobuzz

Paroles, paroles, paroles …

« Encore des mots, toujours des mots… », force est de reconnaître que les hommes politiques de tous bords et de tous pays nous gâtent côté promesses. Tout va bien dans le meilleur des mondes et les crises successives ne sont que des occasions de montrer combien leur action est efficace.

Comment convaincre

Le grand livre des réformes

Le ministère de l’Economie nationale a publié un document intitulé "Le grand livre des réformes". Ce livre a été envoyé à des analystes afin de leur présenter les mesures économiques prises par le gouvernement jusqu’à présent...

La Hongrie en sursis

Suspension du Fonds de cohésion

Le Conseil de l’Union européenne, réuni à Bruxelles le 13 mars dernier, a adopté une décision portant suspension des 495,2 millions d’euros d’engagements en faveur de la Hongrie, au titre du Fonds de cohésion de l’UE, qui prendra effet le 1er janvier 2013.

Du côté de la COM

C'est pas la joie ! C'est pas la joie !

Pour lutter contre la morosité ambiante, je ne peux que vous proposer d'écouter en boucle ce vieux tube d'Henri Salvador, et de prier pour que les budgets ne soient pas encore réduits en 2013. Le temps où l'on dépensait sans compter jusqu'à obtention du résultat escompté est bel et bien terminé.

Le secteur financier au pied du mur !

Rencontre avec Jacques Maire

Avec le gouvernement Fidesz, les mesures à destination du secteur financier (banques, assurances,...), détenu à 80% par des établissements étrangers, se succèdent sans se ressembler, ne leur offrant aucune trêve :  instauration d’une taxe de crise, nationalisation des fonds de pension, adoption d’un dispositif de remboursement des crédits en devises étrangères. Le groupe AXA Hongrie a annoncé dernièrement qu’il cessait d'accorder de nouveaux prêts hypothécaires dans ce pays, mettant ainsi un coup d'arrêt brutal à sa principale activité bancaire sur ce marché. Jacques Maire, Directeur général d’AXA groupe Hongrie, revient sur les événements qui ont généré ce repli et évoque l’avenir d’AXA Hongrie dans ce contexte de crise.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu