Vous êtes iciPolitique

Politique


Politique

Pas vu, pas pris !

Affaire de vente d’un immeuble à Moscou

Le 8 février dernier, 3 personnages publics ont été interrogés par le Parquet. Ils sont suspectés dans une affaire de vente d’immeuble appartenant à l’Ambassade de Hongrie à Moscou.

L’Etat de sainteté !

Un Etat généreux avec ses églises
Selon le Secrétaire d’Etat aux affaires civiles, religieuses et tehniques, László Szászfalvi, après huit années de tension et de guerre froide, le gouvernement actuel s’est enfin mis d’accord avec les églises historiques hongroises pour redonner à l’Institution religieuse son prestige perdu.

Pas de pardon

L’affaire Béla Biszku
Le 27 janvier dernier, le parquet a porté des accusations à l’encontre de l’ancien dirigeant communiste Béla Biszku. Selon le communiqué du parquet, Biszku a qualifié d’ « insignifiants » les crimes du régime communiste dans une de ses déclarations. Voici le portrait d’un homme très controversé.

Visages politiques: Bálint Ódor

Etablir plus de proximité entre l’Union Européenne et la vie quotidienne des Hongrois, tel est l’objectif principal de la présidence hongroise de l’UE, qui a débuté il y a un mois et demi. Et pour l’atteindre, le gouvernement a introduit dans ses équipes des visages nouveaux et jeunes, donnant une image conviviale et dynamique au pilotage hongrois.

Guerre déclarée à la corruption

La coalition Fidesz-KDNP doit en partie sa victoire aux affaires de corruption dans lesquelles sont impliquées des membres de l'ancienne majorité MSZP-SDSZ. Si la corruption est bien un fléau à combattre en Hongrie, M. Orbán, dont l'opportunisme politique n'est plus à démontrer, voit là un parfait moyen de faire jubiler son électorat en lançant une véritable inquisition contre ses adversaires et leurs proches. Gyula Budai est la figure emblématique de cette lutte contre la corruption.

La sécurité juridique

Le JFB vous présentera dans les mois qui viennent une série d’interviews de personnalités de tous bords sur le sujet de la sécurité juridique. Dans ce numéro, Péter Bárándy, célèbre avocat qui fut ministre de la Justice au sein du gouvernement Medgyessy de 2002 à 2004 nous exprime son inquiétude au vu de la situation actuelle.

Budapest versus Bruxelles, épisode 1

La loi sur les média votée fin décembre a déclenché une polémique entre le gouvernement et la Commission européenne. Tiraillé entre les exigences européennes et le désir de satisfaire son électorat à majorité eurosceptique, le gouvernement a déclaré qu’il était prêt à amender son texte en tenant compte des remontrances de la Commission.

Rester ou ne pas rester, telle est la question…

Une fois cette date limite passée, les cotisants qui n’ont pas exprimé leur choix, seront dirigés vers le système de retraite par répartition. Ceux qui optent pour rester dans les fonds de pension privés pourront perdre jusqu’à 70% de leur retraite car à partir du 1er décembre 2011, les cotisations versées par l’employeur rentreront dans le système public et non dans les caisses privées. «Les cotisants qui souhaitent rester dans les fonds de pension privés ne feront plus partie de la communauté basée sur la solidarité», a déclaré György Matolcsy, ministre des affaires économiques. Selon les dernières données, ce n’est qu’une petite minorité de 3 millions de personnes qui s’est prononcée jusqu’ici pour rester dans un fonds de pension privé.

Les avis sont partagés

Visages politiques: Enikő Győri

Enikő Győri est Secrétaire d’Etat chargée des Affaires européennes au sein de Ministère des Affaires étrangères. A ce titre, elle est le poisson pilote de la présidence hongroise de l’Union européenne qui a officiellement débuté le 6 janvier dernier.

Un rappeur menaçant...

Alors que la la liberté de la presse se trouve particulièrement affectée par la nouvelle loi controversée sur les Media, la liberté d’expression n’est pas épargnée et fait l’objet d’une surveillance accrue de la part l’Autorité Nationale des Média et de l’Infocommunication. Cette dernière a d’ailleurs ouvert une enquête sur la radio associative Tilos sous prétexte que cette dernière aurait diffusé la chanson du rappeur Ice-T intitulée «It’s on» à 17h53 le 2 septembre 2010. La raison : Tilos Rádió n'avait fait usage d'aucune sorte d'avertissement d'âge limite avant de passer la chanson. Or, cette chanson, de par "son ton brutal incitant à la violence", aurait, selon l’Autorité Nationale des Media, un effet nocif chez les auditeurs de moins de 16 ans.

Certains blogeurs affirment que les paroles en anglais ainsi que leur traduction en hongrois, annexées au courrier de l'Autorité, contenaient des erreurs de traduction.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu