Vous êtes iciPolitique

Politique


Politique

En passe de gouverner !

Le 29 octobre 2011, le parti nationaliste hongrois, le Jobbik (“Mouvement pour une meilleure Hongrie”) tenait son 8ème congrès à Budapest. Son président, Gábor Vona, a informé les quelques 600 délégués réunis sur place, et venant de toute la Hongrie, du travail parlementaire accompli lors de l’année écoulée. Selon ce dernier, le Jobbik monte progressivement en puissance et s’apprête à gouverner le pays. “Le Jobbik doit, en tant que parti, devenir une force de gouvernement et, en tant que mouvement, construire une société organique basée sur des valeurs, prendre le pas sur les structures sociales en train de se désintégrer”.

À l’instar de ce qui existe en Russie, le Jobbik souhaite créer les institutions qui fourniront à la Hongrie ses cadres de demain : une académie destinée aux jeunes gens talentueux, “les Petits-enfants d’Attila”. Ces jeunes seraient soutenus par des subventions et des bourses d’études et formés par les meilleures universités du pays.

Gyurcsány forme un nouveau parti

L'ancien Premier ministre socialiste, Ferenc Gyurcsány, a annoncé samedi la création d'un nouveau parti d'opposition avec l'ambition déclarée d'entamer la suprématie du parti conservateur de son rival, Viktor Orbán.

 

«Un nouveau parti de centre gauche, à l'occidentale, est créé (...) le parti de la liberté et de la solidarité contre le système Orbán, pour une nouvelle république», a lancé M. Gyurcsány, 50 ans, devant des sympathisants à Budapest.

M. Gyurcsány, un poids lourd de la politique en Hongrie où il a dirigé le gouvernement de 2004 à 2009, a, parallèlement à la création de son parti Coalition démocratique (DK), annoncé qu'il quittait le Parti socialiste hongrois (MSzP) dont il était membre depuis 2000.

Le DK (centre gauche) disposera d'un groupe de 10 députés au Parlement, composé d'anciens membres du Parti socialiste qui l'ont suivi, a-t-il précisé. Le nombre des députés socialistes au parlement tombe ainsi à 49, sur un total de 383 sièges.

Rejet massif

Les mesures anti-démocratiques et injustes prises par ce gouvernement conduisent à un système anti-démocratique et injuste, et c'est ce que nous rejetons", a expliqué Péter Juhász, le porte-parole des organisateurs de la manifestation baptisée "Je n'aime pas le système". Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche à Budapest pour protester contre le gouvernement de Viktor Orbán à l'occasion du 55ème anniversaire de la Révolution hongroise de 1956. 

Ne laisser personne sur le bord de la route

Aides publiques pour l’achat d’un logement

 

Le gouvernement vient d’étendre son Plan de protection du foyer (Otthonvédelmi Akcióterv). Le 12 octobre 2011, Viktor Orbán, le premier ministre hongrois et son ministre de l’Economie nationale, György Matolcsy, ont en effet annoncé de nouvelles mesures. «Ne laisser personne sur le bord de la route», voici leur mot d’ordre !

Un Etat gardien de l’intérêt général ?

Recentralisation des services publics

Il ressort des dernières propositions de loi que l’État envisage de retirer aux municipalités la gestion de certains services d’intérêt général. Ni la santé publique, ni l’éducation ne pourront échapper à la recentralisation...

Le Parlement s’allège !

Réduction du nombre de députés

Le gouvernement, dont le parti politique de centre-droit, le Fidesz, détient les 2/3 des sièges au Parlement, prend aujourd’hui des mesures conformes à ses promesses électorales, pour réduire le nombre de députés. Ils passeront ainsi de 386 à 200.

Visage politique: András Giró-Szász

Commissaire d’Etat, porte-parole du gouvernement

Issu de l’un des plus importants bureaux de consultants politiques proches du Fidesz et entretenant de bonnes relations avec les conservateurs, András Giró-Szász, politologue et analyste politique, est devenu le nouveau porte-parole du gouvernement.

Un homme à abattre

Aperçu du sort réservé à Ferenc Gyurcsány.

 

Les députés de la majorité ont voté, dans la nuit du 13 septembre, la levée de l'immunité parlementaire de l'ancien Premier ministre Ferenc Gyurcsány afin que ce dernier puisse répondre des accusations qui pèsent sur lui dans le cadre de l'affaire Sukoró.

Failles dans le budget

Dilemmes dans la conception du budget 2012

La période budgétaire est toujours délicate pour les gouvernements. Ce n’est que trop vrai pour le gouvernement hongrois.

Recentralisation

 Avec cette nouvelle réforme, les écoles passeront de la tutelle municipale à celle de l’Etat, les enseignants seront contraints de se présenter à des examens au cours de leur carrière et les programmes scolaires seront centralisés...

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu