Vous êtes ici Découverte

Découverte


Découverte

Le rectangle et la mode

La mode selon Lenke Illéssy

 

Comment réussir la prouesse de faire d'un rectangle de tissu un manteau structuré ? se demande la piètre couturière que je suis. La clé de cette question se prénomme Lenke ou la créatrice aux doigts de fée.

Mes flâneries hongroises

Du côté du modernisme hongrois

 

Mon mari, cet être charmant et spirituel (il fait partie de mes lecteurs les plus fidèles, hum ...), est un fan de Jacques Tati qu'il m'a fait découvrir. Et depuis, je considère Mon Oncle comme un des plus grands chefs  d'oeuvre du cinéma. J'aime l'univers, la musique,la dérision de ce film mais plus que tout j'aime son esthétisme. Pourquoi suis-je en train de vous raconter ma vie ? Parce que je vais vous emmener dans une rue de Budapest qui aurait pu servir de décor au film Mon Oncle.

Mes flâneries hongroises

La nostalgie des roses

 

Régulièrement, je vous emmènerai découvrir mes impressions itinérantes de la Hongrie. Chaussez vos baskets et suivez mon parti pris nomade.

Du mont Gellért à Bibracte

A la recherche de la civilisation celtique

 

Depuis une vingtaine d’années, une coopération franco-hongroise exemplaire existe entre archéologues à la recherche d'anciens sites celtiques à travers l’Europe. Nous avons rencontré le professeur Miklós Szabó de ELTE, auteur de plusieurs ouvrages publiés à Paris et à Budapest sur le sujet ainsi que Vincent Guichard, directeur général de Bibracte, haut lieu de recherches et de coopération culturelle.

Petit tour en coulisse

Centre de visites au Studio Korda

 

Un nouvelle exposition et des tours organisés attendent les visiteurs qui souhaitent jeter un coup d'œil sur les superproductions américaines tournées à Etyek.

Trône de roi sur le Danube

Visegrád, la ville sur la Courbe du Danube

 

Visegrád est l'une des villes les plus visitées de Hongrie. Vous ne devez pas rater cet endroit où la beauté de la nature rencontre le patrimoine historique de la Hongrie.

Aujourd’hui dans l’histoire

Le 16 aout 1956 s’est éteint le célèbre acteur hongrois Béla Lugosi, surtout connu pour ses rôles dans des films d’épouvante. De son vrai nom Béla Blaskó, il est né en 1882 à Lugos (aujourd’hui en Transylvanie). Il a commencé sa carrière d’acteur très jeune et il a très rapidement connu un succès national. Il a joué entre autres au Théâtre National, au Théâtre Royal et au Théâtre Hongrois, ainsi que dans des films muets sous le pseudonyme « Asztrid Olt ». Lugosi a été gravement blessé pendant la Première Guerre Mondiale. Il lui en est resté des séquelles le restant de sa vie, contribuant à son addiction à l’opium. Sous la période de la République des Conseils de Hongrie (1919), il a activement participé au mouvement syndical, à cause de quoi il a dû quitter la Hongrie pour l’Allemagne dans un premier temps, puis pour les USA. Il s’est installé à New York où il a fondé le Théâtre Hongrois.

Aujourd’hui dans l’histoire

Le ler août 1946, le forint hongrois a été réintroduit comme monnaie nationale en Hongrie. C’est le roi Charles Robert qui avait utilisé le forint pour la première fois en 1325 en s'inspirant de l’exemple florentin, d’où vient le nom. Toutefois, la dénomination a aussi été utilisée entre 1868 et 1892 pour désigner la monnaie commune à la monarchie Austro-hongroise. Avec cette mesure, le gouvernement espérait relancer l’économie d’après-guerre et sortir de l’hyperinflation des années 1930 et 1940. Un Forint était égal à 4x1029 pengô et a été subdivisé en 100 fillérs au moment de son introduction. Deux mois seulement après sa mise en place, le taux de circulation des biens est monté à 60% de celui de 1938. Bien sûr, le gouvernement a utilisé ce succès à son avantage. On peut dire que l’introduction du Forint a ainsi sonné la fin de l’économie de marché en Hongrie jusqu’en 1990.

Aujourd’hui dans l’histoire

Le 24 juillet 1292 s’est éteinte Sainte Kinga, sainte patronne de la chasteté en Pologne et Lituanie. Première fille du roi Béla IV de Hongrie, elle est né à Esztergom en 1234. Elle était la sœur de Sainte Marguerite de Hongrie et la tante de Sainte Élisabeth de Hongrie. Kinga a épousé Boleslas V, devenu roi de Pologne pendant la période des invasions tartares. Les jeunes mariés firent voeu de chasteté afin de pouvoir se consacrer entièrement à Dieu, et ne consommèrent jamais leur mariage. À la mort de son époux, elle consacra sa fortune à la lutte contre les tartares et offrit tous ses biens aux pauvres. Elle mena une vie modeste dans le monastère des Clarisses de Stary Sacz, en refusant toute allusion à ses origines nobles. Son souvenir, cher au peuple polonais, est entouré de nombreuses légendes.

Aujourd’hui dans l’histoire

Le 4 juillet 1954, l’équipe du Onze d’or hongrois (Aranycsapat) a perdu la finale de la Coupe du Monde à Berne en Suisse. Depuis sa formation en 1949, l’équipe de football hongroise avait la réputation d’être invincible. Sa première grande victoire internationale remonte aux Jeux Olympiques de 1952 à Helsinki. Par la suite, l’équipe a été invitée en Angleterre où elle a battu ses hôtes dans un contexte de tensions intenses entre l’Ouest et l’Est. Forte de cette victoire symbolique, l’équipe est partie pleine d’espoir pour Berne lors de la Coupe du Monde, où elle n’a remporté que des victoires jusqu’au match final contre l’équipe de la RFA. La finale perdue 3/2 contre les Allemands, en dépit du but de Puskás à la fin du match, refusé par l’arbitre à cause d'un hors-jeu, fut l’unique défaite du Onze d’or jusqu’en 1956.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu