Vous êtes ici Culture

Culture


Culture

The Course of the Moon

Musique

Les vivants et les ombres

Les livres du JFB

 

Pour changer un peu de la littérature hongroise, je vous propose de vous laisser emporter quelques kilomètres plus loin, sur les terres de l’ex-Pologne, la Galicie, en lisant ce merveilleux roman de Diane Meur : Les Vivants et les ombres.

Très vite, vous vous attacherez à l’histoire de la famille Zemka, que vous suivrez à travers plusieurs générations, de 1820 à 1914.

Mais pourquoi les lapins ?

 

Cinéma

INLAND EMPIRE de David Lynch

L’éloge du feu

Exposition de Károly Klimó et de Willi Weiner à la Galerie 2B

 

Un grand tryptique évoque le feu, dans une vaste gamme de couleurs allant du jaune et orange jusqu’à l’écarlate et le noir. Toujours des couleurs chaudes, non pas tellement pour leur côté spectaculaire, mais plutôt dans le sens symbolique, comme nous le confie l’artiste. Depuis l’Antiquité grecque le feu correspond aux grandes énergies, au dynamisme et à l’amour de la vie.

La culture c’est comme la confiture

 

Des fêtes à la hongroise

La Saint-Nicolas

Le 6 décembre, les enfants découvrent dans leurs souliers des chocolats et friandises emballés dans du papier rouge. C’est l’oeuvre de saint Nicolas (Mikulás), l’équivalent de notre Père Noël, qui récompense les plus sages. Les autres recevront un fagot de branches (destiné à donner une fessée), de la part de Krampusz, ce petit diablotin noir, dont la seule menace suffit à adoucir les plus polissons !

Disparition de l’écrivain Magda Szabó

 

 

La romancière hongroise Magda Szabó s'est éteinte lundi 19 novembre, à l'âge de 90 ans, alors qu'elle était en train de lire.

Considérée comme un véritable classique de la littérature hongroise, elle évoquait sa vie et sa carrière en ces termes pour le magazine HVG en septembre dernier:

La littérature ukrainienne

Un ange m’ayant soufflé qu’il serait bon que j’écrive un article sur un auteur ukrainien, je saisis aussitôt mon téléphone pour demander l’avis d’un spécialiste. Sa réponse fut immédiate : « Si tu devais choisir UN auteur français, qui choisirais-tu ? ». De fait, il me semble plus opportun de vous proposer de choisir vous-même.

 

Budapest-Paris-Budapest

La galerie Erdész&Makláry expose depuis deux ans déjà des artistes hongrois vivant en France. Coproprétaire de la galerie, historien d’art et collectionneur, Kálmán Makláry regarde son activité comme une mission: faire connaître une part inconnue de l’art hongrois en Hongrie. Or, sa tâche n’est pas aisée: connus en France, oubliés en Hongrie, les peintres et les sculpteurs d’origine hongroise n’avaient pas particulièrement envie de conquérir leur pays natal.

Persepolis: l’Iran vue par une petite fille

Cinéma

 

Macskafogó II dans les starting-blocks

Voilà bientôt vingt et un ans que le premier Macskafogó, une coproduction hongroise, ouest-allemande et canadienne, fut présenté pour la première fois avant de devenir un immense succès. En effet, l’année de sa sortie (en 1986), près d’un million de spectateurs l’avaient découvert en Hongrie. Il a par ailleurs été projeté avec succès dans les cinémas italiens, allemands, canadiens et brésiliens. Et à Londres, le film est resté de longs mois en tête des meilleures locations de vidéos.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu