Vous êtes ici Culture

Culture


Culture

Science avec conscience

En 2006, le professeur Gábor Domokos, qui dirige le département de mécanique, matériaux et structures de l’Université technique de Budapest, et un de ses étudiants, Péter Varkonyi, aujourd’hui à Princeton, ont fait la une de la prestigieuse revue américaine The mathematical intelligencer pour leur découverte d’une forme nouvelle nommée Gomboc (sphère). Une forme mono-monostatique, c’est à dire une forme convexe et homogène avec moins de quatre points d’équilibre. La Gomboc est une forme artificielle en trois dimensions avec un point d’équilibre stable et un autre instable.

Des souris et des pommes

La Bibliothèque Numérique Européenne

Ça y est ! Ce projet mis en chantier en 2005 et qui devrait, à terme, rendre disponible en ligne plusieurs millions d’ouvrages commence à prendre forme. Depuis fin mars, une première ébauche, destinée à alimenter la réflexion sur la forme finale que devrait prendre la BNE, est en ligne sous le nom europeana.eu

Barbe Bleue revisité

La biographie romancée n’est pas un exercice facile… Peu d’ailleurs s’y aventurent. Et pourtant, avec Le Château de Béla Bartók, le pari est plutôt réussi car on passe un moment de lecture agréable en compagnie de l’un des musiciens les plus célèbres de Hongrie sans sombrer dans la mièvrerie.

La tentation Facile

Prenez une ancienne usine désaffectée derrière la gare Keleti, saupoudrez d’un peu de lumière tamisée, arrosez d’un zeste de «branchitude», ajouter un soupçon de «people» et vous obtiendrez LE défilé où toute la population féminine de la communauté française se trouvait mercredi 28 mars dernier. Et d’autres.

Ildikó Facsány, la créatrice de Facile, nous a concocté une collection gaie et colorée pour les grandes et les petits.

Ede Sinkovics dialogue avec les maîtres de la peinture française

L’Institut Français expose, du 20 mars au 13 avril, dix toiles de célèbres peintres français «revues» par un jeune artiste hongrois, Ede Sinkovics. Ce jeune peintre, né en Vojvodine, s’est lancé dans le délicat exercice qu’est le «remake». Mais, loin d’être une simple imitation ou une reproduction fidèle, ses tableaux se présentent avant tout comme un formidable espace de recherches picturales et techniques. Son travail nous propose de redécouvrir, entre autres, des maîtres comme Delacroix, Manet ou Seurat à travers un jeu de dialogues picturaux qu’il engage avec eux avec passion, doute et aussi humour.

PETITE PIAPIATERIE avec Christophe Thomet, nouveau directeur de la médiathèque

Avis à tous : notre nouveau directeur de la médiathèque à l’Institut français est un homme charmant. Un physique à la Aramis, une conversation drôle et incisive et une parfaite courtoisie. Oui, presque un homme d’un autre siècle et pourtant…

Tous fous de déco !

Longtemps cantonnée à un marché de niche, la décoration d’intérieur est réellement devenue un secteur d’activité à par entière dans la dernière décennie. Tout comme pour le secteur de la mode et du luxe, la demande s’est élargie grâce à la hausse mondiale du niveau de vie et à la médiatisation des créateurs mais aussi sous l’influence du mouvement du bien être et du «cocooning». Nous prêtons tous (enfin presque tous) de plus en plus d’attention à notre intérieur et y consacrons une part croissante de notre revenu, aussi bien dans les pays riches que dans les nouveaux marchés des pays en développement.

Janó Bari, ou les migrations du peintre

Habité par la certitude d’être né peintre, cette vocation est ce qui donne sens à la vie de l’artiste hongrois Janó Bari. Un univers pictural singulier, le tracé d’une voie intérieure caractérisent ses œuvres, qui puisent, entre autres, à la source de ses origines roms.

JFB: Vous avez fait vos premiers pas artistiques très jeune. Vos professeurs de dessin vous ont encouragé, formé, sans avoir pu réellement vous influencer. Il paraît qu’à neuf ans vous avez déclaré n’avoir pas besoin que qui que ce soit vous dise ce que vous aviez à faire ni comment. Vous savez quel est le chemin à parcourir. Quel est-il ce chemin ?

Budapest, la ville doublure

 
Au cours des dix dernières années, Budapest est devenue une destination prisée par de nombreuses productions étrangères, en particulier hollywoodiennes. (Celles-ci dépensent en effet quelque 13 billions de dollars chaque année hors des Etats-Unis). Dès le début des années 90, le Canada et la Grande-Bretagne, qui étaient traditionnellement choisis par les Majors américaines, ont ainsi été supplantés par des destinations moins onéreuses, en particulier en Europe centrale et de l’Est.
 

István (Édeske) Harasztÿ, sculpteur cinétique

Rester dans le mouvement

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu