Vous êtes ici Culture

Culture


Culture

L’univers de Gulácsy

Il existe en ce moment à Budapest un univers parallèle, que je vous recommande vivement d’aller explorer: Naconxipán . Pour cela, il vous suffit de vous rendre au numéro 112 de l’avenue Andrássy, en compagnie d’une bonne amie hongroise (capable de parler anglais ou français), qui vous sera bien utile tout au long de votre découverte (c’est facultatif, mais beaucoup plus agréable).

 

Là, la fondation Kogart organise sur trois étages une exposition unique des oeuvres de Lajos Gulácsy (1882-1932). Jamais telle exposition n’avait été orga-nisée autour de ce peintre, car ses oeuvres appartiennent pour la plupart à des collections privées, éparpillées en Hongrie et dans le monde. Très peu de transactions autour de ses créations (en moyenne une tous les 15 ans), et il reste un peintre entouré de mystère et d’inconnu.

Gulácsy est considéré comme l’un des peintres majeurs en Hongrie. Les puristes vous diront que son oeuvre se situe au carrefour du préraphaélisme, de l’art nouveau et du symbolisme, teintée d’une forte influence renaissance italienne. Certes.

Moi, je vous conseille tout simplement d’y aller, de flaner, et, pourquoi pas, de vous laissez aller à un dialogue (presque) imaginaire avec l’artiste.

Paris de Cédric Klapisch: attention film humain !

Paris réussi !

 

Le nouveau film de Klapisch est de ceux que l’on aimerait aimer, tant certaines scènes atteignent tactiquement leur but. On pense à Luchini face au psychanalyste (Marcel Benichou) dans un numéro de tentative de maîtrise psychologique assez drôle ; ou encore au même Luchini en prof d’histoire vieillissant qui raconte comment il a envoyé un sms amoureux à une de ses étudiantes; à Albert Dupontel en maraîcher sensible… et à quantité de scènes qui emportent la sympathie. Mais allons voir de plus près, au-delà des «moments», le film.

Les Choix de Latitudes

Atmosphère paisible, décor lumineux et boisé, rayonnage de livres soigneusement établi, telle est la librairie Latitudes qui vient d’emménager au 11 de la rue Wesselényi, dans un quartier vivant culturellement et touristiquement parlant. Le JFB a rencontré pour vous Camille Defourny une libraire passionnée par son métier, celui de lire et de conseiller. Elle nous parle de littérature hongroise et d’échanges culturels.

Appréhender la Hongrie par son histoire…

Les livres du JFB

Si vous souhaitez mieux connaître l’histoire de la Hongrie après le traité de Trianon, alors lisez les mémoires d’un grand intellectuel hongrois exilé à Paris. A la fois réflexion historique et histoire d’un homme engagé au service de la liberté, cet ouvrage se lit plutôt facilement dans son genre et permet d’avoir un bon panorama de l’histoire politique hongroise de 1920 aux années 80.

Lady Chatterley de Pascale Ferran

Cinéma

Adapté du roman de l’auteur anglais D.H Lauwrence, le film de Pascale Ferran développe avec finesse et sur des prémisses improbables une histoire d’amour qui acquiert peu à peu la force de l’évidence.

Salon du livre de Budapest

L’émergence de la Renaissance en Hongrie

La ville de Budapest propose actuellement dans nombre de ses musées et bibliothèques une série d'expositions portant sur le thème de la Renaissance. La raison en est la célébration du couronnement, il y a 550 ans, de Mathias Corvin, grand roi de la Renaissance en Hongrie.

 

Ces événements évoquent le rayonnement de la cour où politique et culture étaient irrémédiablement liées.

Les papous dans la tête

Une histoire de bulles

 Jean Auquier ou la passion de la BD

Venu inaugurer l’exposition Bulles Jazz Blues, consacrée à la vision et à l’amour du jazz par des auteurs de Wallonie et de Bruxelles, Jean Auquier, directeur du centre belge de la Bande dessinée, a également animé une conférence passionante sur l’histoire de la Bande dessinée belge. Puisant dans les références les plus lointaines, il a su nous amener, avec la bonne humeur et la jovialité qui le caractérise, à revivre cette complicité avec les personnages de BD les plus célèbres. A nous de découvrir le reste !

Délivrez-moi

Cinéma

Le JFB a rencontré le réalisateur québécois Denis Chouinard à l'occasion de la présentation de son film Délivrez-moi (2006), projeté dans le cadre de la nuit du cinéma lors de la Fête de la Francophonie

JFB: Pouvez- vous nous dire quelques mots sur vous ?

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu