Vous êtes ici Gastronomie et vins

Gastronomie et vins


Gastronomie et vins

Chronique du palais

de Natacha Guego

 

En ce mois de septembre, je vous propose de venir avec moi à la découverte des grands marchés de la capitale hongroise. Au fil de ces lignes, vous découvrirez mes commerçants préférés et ceux qui proposent les meilleurs produits, mais il faudra vous y rendre pour vous faire votre propre opinion. Alors prenez votre panier et allons-y !

Pour cette première balade, je vous emmène sur le marché le plus proche de mon domicile et donc celui où je me rends au moins une fois par semaine. Il s’agit du marché de Fény utca, à proximité de Moszkva tér, que l’on appelle aussi très souvent le marché du Mammut.

La chronique du palais

de Natacha Guego

Et voilà, une nouvelle rentrée scolaire est déjà derrière nous depuis quelques jours. Beaucoup nous ont quittés cet été et vous êtes nombreux à découvrir la ville dans laquelle vous allez vivre les 2, 3 ou 4 prochaines années (voire plus pour certains qui feront comme moi, arrivée pour 3 ans et toujours là 9 ans plus tard !). J’ai eu envie que cet article soit pour vous afin de vous faire partager en quelques lignes les bonnes adresses que j’ai accumulées au cours des 7 dernières années dans les colonnes de la Chronique du Palais.

La chronique du palais

de Natacha Guego

 

Il est des endroits magiques et celui ci en fait partie à n’en pas douter. Que l’on soit touriste de passage ou parisien de naissance, la Tour Eiffel qui scintille dans la nuit au tournant de chaque heure reste un spectacle dont on ne se lasse pas. Et il faut en profiter rapidement pendant qu’elle scintille encore un peu, il est question de ne la faire scintiller qu’une petite minute et peut être pas toutes les heures pour faire des économies d’énergie. Le Café de l’Homme a la plus belle vue qui soit avec sa terrasse face à la Tour de Monsieur Eiffel. Pénétrez dans le hall du musée, traversez le tout droit et vous accéderez au restaurant. Prenez la peine de réserver quelques jours à l’avance en précisant bien que vous voulez une table en terrasse (si possible au milieu plutôt que sur les cotés), être à l’intérieur ne présente vraiment aucun intérêt. A la nuit tombée, le spectacle est époustouflant sur la ville lumière !

Festival du vin 2008

Le fameux festival de vin de Budapest fête sa 17e édition cette année. Un festival qui attire chaque année de plus en plus de visiteurs, connaisseurs ou non. Des amateurs qui cherchent à passer un moment agréable en compagnie de bons vins dans un magnifique environnement historique, le quartier du château de Buda.

Un cornet d’Italie à Budapest

On en parle, on en a entendu parler… Des glaces italiennes, non loin de Moszkva tér… Délicieuses paraît-il. Alors tout de même, curieux, on s’y rend, un peu dubitatif, le souvenir encore frais d’expériences déplaisantes de glaces prétendument artisanales dans la capitale hongroise.

La chronique du palais

 

de Natacha Guego

Budapest a son bar à pâtes (le VaPiano), Paris a maintenant son bar à mozzarelle. Un peu surprenant, il est installé au sous-sol de la Fnac de la rue de Rennes. Après votre balade entre les bouquins, les DVD et autres CD, vous pouvez aller déjeuner avec vos courses avant de passer en caisse. Et pas de mozza industrielle en ces lieux : la seule, la vraie mozzarella di buffala ; celle dont on dit qu’elle pleure car lorsqu’on la presse très légèrement, le lait de bufflonne coule doucement du morceau que vous allez déguster.

Dans l’ivresse des fruits

La chaleur estivale est arrivée et on peut enfin acheter nos fruits préférés sans les payer une fortune. Dans cette chaleur on n’a pas envie de manger des plats lourds, de même on laisse de côté les vins puissants et alcoolisés pour l’hiver. Les plats d’été caractérisés par leur légèreté doivent être accompagnés par des vins légers et fruités, et pourquoi pas par des vins de fruits !

 

Dans certains pays comme la France, la consommation des vins de fruits est une tradition séculaire. Tout le monde connaît le cidre (à base de pommes) ou le poiré (à base de poires), vins de fruits mousseux qui sont très agréables à boire surtout en été.

Le Szigeti pezsgő

La famille Szigeti produisait déjà depuis deux générations du vin, mais c’est seulement en 1990 que les deux frères, Peter et Norbert, se sont mis à faire du mousseux. Ils sont d’origine hongroise, mais vivent aujourd’hui en Autriche. Ils ont fait leurs études en Autriche et au Brésil, puis ils ont fondé leur cave de champagne à Gols avec un but: produire un mousseux de haute qualité.

 

Comme le pays natal du champagne se trouve en France, les plans de la cave ont était réalisés là-bas, de même que les différents ustensiles de vinification ont été achetés en France.

Pour avoir un mousseux de qualité, ils font les vendanges à la main, ils trient les grappes, puis ils utilisent la méthode traditionnelle (on fait mousser le vin en lui permettant de fermenter une seconde fois en bouteille). Evidemment, il faut avoir du bon vin pour faire du bon mousseux. Ils sélectionnent les cépages les plus aromatiques et fruités provenant de la région d’Eger et Mátraalja, comme par exemple le Muscat Ottonel, le Tramini, le Sauvignon Blanc, le Cabernet Sauvignon, ou le Leányka.

La chronique du palais

de Natacha Guego

 

Je ne vais que rarement sur les sites anglo-saxons répertoriant les restaurants de Budapest. Mais il m’arrive tout de même d’y surfer une ou deux fois par an pour aller à la «pêche» aux informations, à savoir, de nouvelles adresses qui m’auraient échappées… Quelle ne fut donc pas ma surprise de découvrir que le café Mandarin, derrière l’Opéra, avait changé d’enseigne et de style. Voici donc L’Artesano, en lieu et place du Mandarin, qui a ouvert il y a huit semaines exactement et qui propose une cuisine plus hispanisante. Encore un bar à tapas ? J’étais curieuse d’autant que mon collègue du site www.chew.hu n’avait pas assez de superlatifs pour décrire son repas. Je m’y précipitais donc avec ma copine Caro sur le départ…

La chronique du palais de Natacha Guego

Malgré le ciel quelque peu menaçant à la fin de la semaine dernière, j’ai eu envie de tester pour vous une terrasse à proximité de Moszkva tér. J’étais assez intriguée par l’endroit. En fait je ne voyais pas de quel immeuble il s’agissait et le site internet vantait la terrasse sur le toit du restaurant. J’imaginais donc une belle terrasse au dernier étage de l’un des grands immeubles du körút avec une vue magnifique sur la ville. Je fus de ce fait un peu déçue en arrivant devant cette grande maison à un étage où il fallait bien se rendre à la raison : pas de vue ! En pénétrant dans le restaurant l’on est d’abord étonné par le côté très sombre des lieux.

 

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu