Vous êtes ici Gastronomie et vins

Gastronomie et vins


Gastronomie et vins

Le diamant noir hongrois

Le marché de la truffe a également été affecté par la crise économique : en octobre, une belle pièce de 850 grammes ne valait guère plus que 24 000 euros lors d’une vente publique à Tokyo. En Hongrie, ce champignon légendaire reste toutefois très rare et sa consommation n’en est qu’à ses débuts.

La chronique du palais

de Natacha Guégo

 

Le sympathique chef Giuseppe Mosti a quitté la trattoria Toscana sur le quai côté Pest pour s’installer à son compte dans un cadre plus intime côté Buda. Il vous propose une cuisine italienne authentique très empreinte des saveurs de sa Toscane natale.

Vous serez accueilli par une petite mise en bouche maison : en ce vendredi une petite « tapenade » d’olives vertes et une autre aux tomates séchées, servies avec du pain grillé. Gourmand et très méditerranéen, une bonne façon de commencer notre repas. Avec le froid hivernal qui nous est brutalement tombé dessus, une petite soupe pour se réchauffer est toujours la bienvenue : la soupe de légumes n’est pas vraiment un minestrone mais riche en légumes frais de saison et la soupe crémeuse aux moules et clams, très réussie, elle aussi riche en fruits de mer est très copieuse (peut-être même un peu trop si vous prenez un plat derrière).

Petites questions au Chef…

Henrik Zsolt Litauszki a commencé à travailler dans la restauration dès l’âge de 14 ans dans le restaurant familial. Après une école hôtelière il a obtenu une place chez le célèbre Raspi avant de décider de partir en Autriche pour acquérir une plus grande expérience. Il a ainsi travaillé dans des lieux renommés comme les célèbres hôtels Lorünser et St Antoner Hof et au Taubenkobel Relais et Château dans la région du Burgenland. Revenu en Hongrie l’été dernier, il a pris en main les cuisines du restaurant Maligan (voir la Chronique du Palais).

 

Je me suis rendue dans sa cuisine où il a répondu à quelques questions tout en faisant sa mise en place pour le déjeuner avec son apprenti.

La chronique du palais

de Natacha Guégo

 

Cela faisait des années que je n’étais pas retournée au Maligan. Et il faut bien vous avouer que je n’y serais pas allée si mon ami Árpád Bakcsy, photographe spécialisé dans la gastronomie, ne m’avait chaudement recommandé d’aller y faire un petit tour. Un jeune chef hongrois a pris ses quartiers dans la cuisine depuis l’été dernier. Henrik Zsolt Litauszki est revenu en Hongrie après avoir passé plusieurs années en Autriche dans quelques établissements très réputés (voir l’article sur le Chef).

La chronique du palais

de Natacha Guégo

Second épisode de ma série sur les marchés de Budapest : quoi de plus normal que de venir découvrir le grand marché, le «Nagyvásárcsarnok», cette grande halle dont certains attribuent les plans à Eiffel mais dont les plans furent en fait réalisés par Samu Petz (comme l’université Corvinus voisine). Sa construction débuta en 1894 et fin juin 1896, à quelques jours de son inauguration, elle fut ravagée par un incendie qui détruisit plus de la moitié de la toiture. Il fallut 9 mois pour la remettre en état et la cérémonie d’ouverture eut finalement lieu le 15 mars 1897. Le grand marché fut fermé en 1991 pour une complète restauration et ouvra de nouveau en 1994. Peu savent que sous le grand marché de petits tunnels mènent aux rives du Danube. Cela permettait aux marchandises qui arrivaient par bateau d’être livrées directement aux commerçants.

La mode des formes rondes

Pâtisserie de design SUGAR !

 

J. Z.

Depuis que l’on est concient du réchauffement de la planète, l’on sait qu’il n’est plus à la mode d’offrir des fleurs, car elles sont majoritairement cultivées en Afrique et que le transport aérien coûte cher au climat. Heureusement il existe des solutions très agréables pour garder le plaisir d’offrir tout en restant écolo. Ainsi, dans une nouvelle pâtisserie de Budapest, l’on peut acheter des pots de violettes en pâte d’amande et des bouquets de tulipes en sucettes. Ces idées de cadeaux inventives pour nos copines, mamans et grands-mères gourmets proviennent de la pâtisserie et confiserie SUGAR ! Boutique dont les amateurs de design connaissent et apprécient déjà les muffins et mignons gais et colorés, présentés lors de certains marchés dominicaux, les WAMP design.

Le trio formidable de Szekszárd

Katalin Ujbányai

 Dans la famille Takler, basée à Szekszárd, on est vigneron de père en fils depuis le XVIIIe siècle.

La chronique du palais

de Natacha Guégo

Et de 3…

En effet, le troisième magasin Culinaris vient d’ouvrir ses portes à proximité du Parlement. Plus grand que le premier magasin ouvert sur Hunyadi tér, vous y trouverez une plus large sélection de produits frais et d’épicerie fine (huiles d’olive, vinaigres balsamiques et de Xéres, sauces et condiments en tout genre et de toutes origines, crème de marron Clément Faugier, thé Kusmi, soupes Campbell’s, fromage blanc en faisselle Rians, petits pots de crème La Laitière, fromages affinés, mozzarella di buffala artisanale…). Il serait bien trop long de vous faire une liste exhaustive de tous les produits d’importation qui se trouvent dans les rayons de la plus fournie des épiceries fines de la capitale hongroise. Vous trouverez sur le site internet une sélection des produits en vente dans les magasins. Sachez que vous pouvez aussi passer vos commandes par téléphone et vous faire livrer.

La chronique du palais

de Natacha Guego

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu