Vous êtes ici Gastronomie et vins

Gastronomie et vins


Gastronomie et vins

Coeur de prune

Le gâteau national 2010

Chaque année, à l’occasion de la fête nationale du 20 août, qui célèbre la naissance de l'État hongrois, est désigné le gâteau de l’année. Cette année, c’est un gâteau au szilva gomboc (boule de pâte d'amande au cœur de prune) qui a remporté ce titre de plus en plus convoité.

Balade sur la route du retour

La chronique du palais de Natacha Guego

Une variante de l’hospitalité à la française!

Musique: Cocorosie

Dans un Paris agonisant culturellement, ou rien de majeur ne s’est passé sur le plan musical depuis l’évaporation du groupe AIR, le duo nord américain Cocorosie vient quelque peu remuer les habitudes. Formé en 2003 dans une chambre de bonne de la butte Montmartre, les sœurs Casady, Bianca et Sierra, ont, en quatre albums, su se faire une place sur la scène musicale internationale actuelle.

La chronique du palais

de Natacha Guego

Café Panini

Si d’aventure vous vous promenez près du joli parc de Szent István, côté Pest, ne manquez pas le nouveau Café Panini au coin de la rue Radnóti Miklós et du quai Újpesti. L’ambiance y est décontractée, sympathique et tranquille. Ils servent des panini, bien sûr, mais aussi des salades variées et quelques viennoiseries. Vous pouvez y déguster un panini classique, tomate-mozzarella-basilic, ou d’autres plus élaborés. Le panini classique est servi avec quelques olives vertes et des feuilles de roquette, parfaitement assaisonnées. Les salades sont assez copieuses et diversifiées: mozzarella-roquette, salade de tomates, salade au thon ou simplement salade verte. Tout est frais et servi rapidement. Si vous y allez avec des enfants, vous pourrez les régaler d’un panini «très italien», au Nutella et à la banane. Outre toutes les boissons qu’on trouve habituellement dans un café, les petits et les grands pourront se rafraîchir avec de la limonade maison. Il n’y a malheureusement pas de terrasse.

La chronique du palais

de Natacha Guego

La mode du bio fait son chemin en Hongrie. Le marché bio du Mom Park, dans le XIIe tous les samedi matins, est toujours aussi populaire, particulièrement au printemps et au début de l’été avec beaucoup de produits de qualité introuvables ailleurs (de jeunes betteraves, des mescluns tout prêt et même parfois vendus avec des fleurs comestibles, une grande variété d’herbes fraîches, des producteurs de lait et de fromages bio, dont un qui fait d’excellents fromage de chèvre affinés, et même des artichauts de temps en temps…). Je ne peux que vous encourager à aller y faire un tour.

La chronique du palais

de Natacha Guego

Cela fait à peine un mois que le Mák bistro a ouvert ses portes dans les anciens locaux du restaurant Loulou. J’en ai beaucoup entendu parler et, à plusieurs reprises, j’ai essayé d’aller y déjeuner. Mais c’est comme si un génie malfaisant m’en empêchait: premier rendez-vous annulé à cause du fameux volcan islandais (mon fils coincé à Londres devait rentrer le vendredi soir mais est finalement arrivé le mardi midi) puis, autre tentative, mais le restaurant affichait complet et enfin une troisième annulation à cause d’une petite puce de 3 ans qui avait une otite. Bref, la quatrième fois fut la bonne en ce vendredi ensoleillé de début mai avec Coline qui organise les «déjeuners découverte» pour Budapest Accueil.

Cinéma bio

Rencontre avec Jean-Paul Jaud, réalisateur militant

100.000 enfants meurent chaque année en Europe de maladies causées par l’environnement, telle est la sonnette d’alarme tirée par le documentaire Nos enfants nous accuseront.Ce film présente une solution possible à cette dégardation de l’environnement notamment à travers l’exemple de la ville de Barjac qui a choisi d’opter pour une cantine scolaire bio. Un an et demi après sa Première en France, le film a été présenté le 22 avril dans les cinémas hongrois. Nous avons rencontré son réalisateur, le scénariste et producteur Jean-Paul Jaud, à cette occasion.

La chronique du palais

de Natacha Guego

Petite balade dans le quartier juif par une belle journée ensoleillée. J’avais entendu parler de ce restaurant au nom un peu bizarre: Kőleves ou soupe aux cailloux! Que de souvenirs pour moi. Depuis que je suis toute petite, chez nous, mon père me parlait régulièrement de «briques à la sauce cailloux» quand je demandais: «On mange quoi ce soir?». Et bien la soupe aux cailloux est la version hongroise de nos briques.

La chronique du palais

de Natacha Guego

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu