Vous êtes iciRevue de presse

Revue de presse


By JFB - Posted on 12 janvier 2009

Étrangers disparus en Hongrie

 

Le père d’Ophélie Bretnacher, disparue à Budapest il y a environ un mois, a porté plainte auprès de la police française le 31 décembre dernier. Il présume qu’Ophélie a été kidnappée, bien que les autorités hongroises n’aient encore trouvé aucune piste dans ce sens. Cependant le corps de la jeune française n’a pas encore été retrouvé. Son père, Francis Bretnacher, critique le fait que la police hongroise, dans le cadre du respect du droit à la vie privée, n’a pas transmis les vidéos pupliques et la liste des appels téléphoniques de sa fille à la police française.

Nul n’a de nouvelles d’Eva Rhodes, une Autrichienne disparue en Hongrie en automne, dont la sœur accuse également la police hongroise d’incompétence.

Les deux familles envisagent d’adresser une plainte auprès de l’Union européenne.

Au total environ 4500 personnes étrangères sont portées disparues auprès de la police hongroise.

(Index, Blikk)

 

Problèmes de gaz

Le 5 janvier, l’Ukraine a signalé à la Hongrie qu’elle ne serait en mesure d’acheminer que 30 millions de m3 de gaz au lieu des 38 habituels à cause du bras de fer entre Moscou et Kiev, accusé par le Russie de ne pas avoir réglé sa facture de gaz. Le ministre hongrois des affaires énergétiques et du transport, Csaba Molnár, a alors signalé que cette baisse de gaz ne causerait pas de problèmes aux consommateurs car elle peut encore être complétée par des stocks de réserve hongrois. L’approvisionnement en gaz des foyers et industries hongroises pourraient tenir pendant plusieurs semaines grâce à ces réserves, avait-il annoncé, et en cas de menace réelle de pénurie de gaz, on pourrait partager les consommateurs en 5 groupes selon leurs nécessités.

Alors qu'une vague de froid sévit sur tout le continent, la Russie a ordonné d'arrêter le transit du gaz russe vers l'Europe via l'ukraine, et ce officiellement dès mardi 7 janvier, causant de graves difficultés pour les pays d'Europe de l'Est et centrale. En Hongrie, plusieurs usines et industries, déjà touchées par le crise économiques, ont interrompu leur activité. C'est le cas de Suzuki, General Electric ou encore Pannontej Zrt.

E.ON et Gaz de France ont commencé à fournir du gaz à la Hongrie dès mercredi 7 janvier.

(HVG, MTI, Népszabadság, Index)

 

Fausses recommandations

Le parti conservateur MDF ainsi que les partis d’exrême droite MIÉP et Magyar Szociális Zöld Párt sont exclus des élections locales intérimaires de Ferencváros (9e arrt. de Budapest), car les coupons de recommandations de leurs candidats ont été jugés faux – c’est ce que la Commission des élections de la Capitale a décidé. Le 20 décembre un membre de cette commission, également membre de l’organisation d’extrême droite Jobbik, a attiré l’attention de la presse sur de possibles fraudes de la part du MDF. Il estimait qu’une partie des coupons de recommandations, que chaque candidat doit posséder au minimum en 300 exemplaires signés par les habitants de l’arrondissment pour pouvoir briguer le poste du maire, étaient louches .

Le 27 décembre, le quodidien de droite, Magyar Nemzet, a écrit que le dirigent du SZDSZ de l’arrondissement, Ferenc Janás, aurait également cherché à établir des faux afin de pouvoir collecter assez de coupons de recommandation. Selon une vidéo envoyée au journal, le député n’a refusé d’acheter de faux coupons que parce qu’il ne disposait pas des documents avec lesquels il aurait pu prouver leur origine. Si Ferenc Janás avait accepté ces fausses signatures, il aurait pu être puni de 3 ans de prison. Ferenc Janás a nié ces accusations. Il a raconté sur le site d’informations Index qu’un jeune homme vendant de faux coupons l’avait effectivement contacté, mais qu’il avait alors immédiatement averti la commission d’élection sur ce cas.

Des élections locales intérimaires doivent se tenir à Ferencváros car le maire, Ferenc Gegesy, a démissionné de son poste en septembre 2008. Ferenc Gegesy, maire du 9e arrondissement depuis le changement de régime, a également quitté le SZDSZ car il ne s’identifiait plus avec la politique représentée par le parti. Les élections locales intérimaires auront lieu le 11 janvier 2009.

(Index, MTI, Népszabadság)

 

La Magyar Gárda dissoute

La justice de la capitale a dissolu l’assocation Magyar Gárda (Garde Hongroise). Celle-ci avait été fondée en juillet 2007 par 10 membres et le dirigent de Jobbik, Gábor Vona, en tant qu’asscociation créée pour „sauvegarder la culture et les traditions hongroises.”, puis elle a opéré en tant que mouvement semi-militaire avec la participation de plusieurs centaines d’adhérents. La MG a organisé plusieurs manifestations extrêmistes et anti-tzigane, mais plusieurs associations civiles, des minorités et des politiciens ont manifesté contre son maintien. Le Procureur général de Budapest a porté plainte contre l’organisation en 2007 en l’accusant de violation des droits des Rroms. Malgré le jugement, la MG souhaite continuer son activité.

(Magyar Hírlap, Népszava)

 

Aucu vote pour l'instant.
Étiquettes

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu