Vous êtes iciFrida Kahlo : Biographie sur toiles

Frida Kahlo : Biographie sur toiles


By JFB - Posted on 28 septembre 2018

Le grand musée de Buda, niché dans les hauteurs de la ville, abrite jusqu’au 4 novembre prochain les merveilleuses toiles de Frida Kahlo. Plus qu’une simple exposition, c’est une véritable rétrospective de sa vie à travers ses œuvres. On y côtoie ses peines, ses joies, ses amants… Une rencontre intime avec l’artiste mexicaine la plus talentueuse de sa génération.

 


Apologie de la tristesse

Tout commence avec une étroite pièce verte, où se loge une grande frise chronologique arborant le mur. Passé les quelques détails historiques sur le Mexique, la vie de Frida commence… sa naissance, son enfance heureuse auprès de ses sœurs, sa rencontre avec celui avec lequel elle passera le reste de son existence : Diego Rivera mais surtout, son accident de bus lors de ses 14 ans où elle a, de peu, évité la mort. On la perçoit comme une fille simple mais morose, a qui la vie n’a pas offert la joie.

Cette peine, si humblement cachée par l’artiste va la hisser au devant de la scène à travers ses toiles biographiques qui racontent son parcours. Elle nous livre son intimité, blessée par l’orgueil de ne jamais avoir eu d’enfant, blessée par la tromperie de l’amour de sa vie, meurtrie par son propre corps.

Au fil des salles, on apprend qu’elle a visité Paris, San Francisco et fait la connaissance de plusieurs artistes de talent comme Kandinsky. Elle eut aussi une aventure avec Léon Blum, avec qui elle partagera une passion éphémère. S’inspirant de ses racines et de son malheur, elle côtoie le succès à chaque réalisation, tant son style est particulier. 

Cette exposition, désireuse de montrer l’artiste à cœur ouvert, a choisi d’exposer les peintures les plus intimistes afin que l’on comprenne l’âme de Frida Kahlo et ainsi démontrer comment et pourquoi ses peintures ne reflètent jamais le bonheur. Tapis dans l’ombre de son homme, elle noie son chagrin avec des couleurs vives rappelant ses racines, gardant toujours l’espoir un jour, de toucher le bonheur du bout des doigts.

Caroline Knecht

 

Aucu vote pour l'instant.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu