Visite commémorative

Le tombeau du Prince Rákóczi

Le Président et le Premier Ministre Hongrois étaient en visite en Turquie pendant quatre jours. Après le rendez vous à Ankara avec leurs homologues Turcs, ils ont fait escale à Istanbul les 16 et 17 novembre afin de se recueillir sur le tombeau du prince Rákóczi, prince de la liberté, qui fut enterré dans la chapelle de l'Ambassade de France, actuellement au sein du Lycée Francophone Saint Benoît.



 

Pál Schmitt est arrivé de bonne heure et sous la pluie au lycée Saint Benoît, accompagné de sa femme et de toute une équipe de journalistes. Le directeur du Lycée, M. Luc Vogin l'a escorté durant sa visite et son recueillement sur le tombeau du prince. Le Président s'est ensuite vu offrir un cadeau clin d’œil à son passé de champion d'escrime.

Un peu d'Histoire pour comprendre qui était Rákóczi

En 896, la Hongrie naît et en 1001 István, héritier d'Árpád est couronné premier Roi de Hongrie et converti au catholicisme.

Les Tartares envahissent le pays en 1240 et détruisent les villes à peine érigées de Buda et Pest.

Sous le règne de Mátyás Corvin courant XVème siècle, Buda renaît de ses cendres et devient la capitale artistique et intellectuelle de toute l'Europe centrale.

Mais ce rayonnement ne dure pas car au XVIème siècle l'anarchie revient et c'est en même temps le début de l'invasion turque (bataille de Mohács) qui durera un siècle et demi jusqu'à la libération par les Habsbourg en 1686. Les Hongrois passent alors de la domination turque à la domination autrichienne.

Entrée en scène du Prince Rákóczi

Rákóczi est né à Borsi (actuellement en Slovaquie, mais autrefois en Hongrie). Héritier d'une famille de nobles, il est envoyé après la défaite des insurgés hongrois en Bohême où il est éduqué par des Jésuites, puis à l'université de Prague.

Il épouse à Prague une aristocrate allemande et obtient le titre de Prince du Saint Empire. De retour en Hongrie en 1694, il est emprisonné dès 1701 à cause de ses relations nouées avec le maréchal de Villars qui était très mal vu par le régime en place.

En 1703, il parvient à s'évader et rejoint la Pologne d’où il prend la tête de l’insurrection hongroise.

Il est proclamé deux ans plus tard Régent de Hongrie et cherche des alliances auprès des Français en déclarant les Habsbourg déchus de leurs droits.

Cependant les mesures sociales qu'il entend prendre déplaisent à la Noblesse et l’Église s'inquiète de son entourage protestant. Il perd son titre de Prince de Transylvanie en 1711 après sa défaite à Trencsén et est contraint à l'exil en 1713 après avoir tenté en vain de plaider pour l'indépendance hongroise et ayant refusé de prêter serment à Charles VI de Habsbourg.

Il passe donc le reste de sa vie entre la France et la Turquie et meurt à Tekirdag (Rodosto à l'époque) en 1735.

Il fut inhumé dans la chapelle de l'ambassade de France, actuellement au sein du Lycée Francophone Saint Benoît, son corps fut rapatrié et ré-enterré dans la Cathédrale Sainte Élisabeth de Kosice en 1905. Grâce à ses idées et ses tentatives pour rendre la Hongrie indépendante, il fut rebaptisé Prince de la Liberté.

Camille Le Bras

 

Articles: 
field_vote: 
Votre notation : Aucun(e) Average: 5 (1 vote)