Vous êtes iciMes flâneries hongroises

Mes flâneries hongroises


By JFB - Posted on 28 octobre 2011

Le côté rétro de Pest

 

C'est du côté du Pest prestigieux des dorures et des palais que je vous emmène. Je dois avouer que c'est un des multiples visages de Budapest que je préfère et peu importe la saison. Il y a toujours une merveille à découvrir, le quartier en regorge même si elles sont parfois bien cachées.

 


 

Une des merveilles du jour se trouve au numéro 6 de magyar utca, dans une petite cour intérieure à l'abri des regards. Cet immeuble a été construit en 1852 par le fameux architecte Miklós Ybl, celui qui bâtit également l'Opéra. La particularité de cette cour réside dans ses pavés en bois mais en levant les yeux, j'aperçois de jolies arcades sculptées. Il est plutôt rare de pouvoir pénétrer dans les cours intérieures à Budapest qui sont pourtant des trésors mais bien gardés. Ici plusieurs boutiques tiennent le pavé (en bois donc ... ) dont In situ échoppe aux objets design made in Hungaria.

Je ressors sur úuzeum körút mais je bifurque aussitôt dans Ferenczy Istvan utca et je me trouve nez à nez avec une petite partie d'un vieux mur de l'ancienne cité médiévale de Pest. Ce mur n'est pas très visible pour l'oeil non avisé mais n'en reste pas moins impressionnant une fois découvert. Il faisait apparemment plus de 8 mètres de hauteur pour protéger la ville.

Juste à côté de ce petit bout du passé, une boutique vintage rétrock deluxe où vous pouvez dénicher de petites perles modesques. Et en face, un café sous le charme duquel je suis tombée, le Csendes. Il faut absolument entrer dans ce café au décor hétéroclite, dont l'accumulation de chaises, tables, lampes complètement absurdes pourrait flirter avec le mauvais goût mais qui finalement frise le génie. Et cerise sur le gâteau, l'été, une jolie terrasse est dressée devant l'entrée du parc Károlyi. Peut-être l'un des parcs que je préfère dans Budapest. Il est certes petit mais se montre un parfait compagnon de jeux pour les enfants et un havre de paix pour les plus grands.

La Magyar utca qui longe Károlyi Kert se montre également pleine de surprises. J'y croise une petite boutique sympathique de vêtements pour enfants d'occasion, un charmant bazar d'objets de décoration vintage et au numéro 26, une galerie photo réputée pour son oeil sur la photographie moderne ou contemporaine (Vintage Gallery, www.vintage.hu ).

J'emprunte ensuite Henszlmann Imre utca juste pour avoir le plaisir de voir se dresser devant moi la très jolie église d'Egyetem tér. Sur cette place, un peu à l'écart, se trouve un bistrot dont la décoration a le pouvoir de donner la pêche à n'importe quel neurasthénique, le Taskaradio eszpresszo. On y sert de la nourriture sans prétention mais bonne et on en ressort avec le sourire.

Je remonte Károlyi Mihály utca pour pénétrer dans le bâtiment qui fut l'ancien palais Károlyi, où le comte Mihály, premier ministre de 1918 à 1919, vécut. Il abrite désormais le musée Sándor Petôfi, petit musée très interactif, qui met en scène la vie de l'écrivain. Si les expositions intéressent surtout les pratiquants de la langue hongroise, de nombreux panneaux en langue anglaise permettent d'en savoir davantage sur le poète. Et il serait dommage de manquer la très jolie vue sur l'église et egyetem tér ainsi que sur les jardins depuis le premier étage du musée. Et ce jour fut vraiment un jour chanceux pour moi puisque je suis tombée sur des gardiens parfaitement adorables (si, ça existe ! ) qui m'ont permis de visiter les pièces du palais qui n'étaient pas ouvertes ce jour là (mais elles le sont parfois ... ).

Enfin, je fais quelques pas supplémentaires dans la rue et j'entre, juste pour le plaisir des yeux, dans le restaurant Pesti Lámpás. J'admire à travers la porte vitrée de gauche le magnifique escalier qui s'élance vers les étages.

Ce voyage au temps des palais pourrait presque me faire regretter l'époque des crinolines et des corsets mais c'est avec plaisir que je retrouve mon jean et le métro.

Juliette Monroche 

 

Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 3.7 (3 votes)

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu