Vous êtes iciExtase de 7 à 10

Extase de 7 à 10


By JFB - Posted on 16 septembre 2011

Expo

L’art hongrois des années 80 au Mûcsarnok

Le musée Mûcsarnok accueillera une exposition de grande envergure, datant des années 80. Elle portera sur une célèbre formation musicale composée d’artistes peintres. Un projet ambitieux, qui va bien au-delà de cette période dans l’art de la révolte associant récitals littéraires, concerts et séances de cinéma.

 

"Extase de 7 à 10" est le titre du documentaire du cinéaste András Kovács. Il est venu pour une rencontre, à l’occasion de la projection de son film, réalisé en 1969, qui montre l’influence du mouvement de mai 1968. A ce sujet, il a évoqué son séjour parisien et la nouvelle vague qui l’a profondément marquée. C’est une période charnière dans sa carrière, lui qui a toujours été sensible aux problèmes de société. Il y tourne lors des concerts de plusieurs formations, devant un jeune public euphorique, où quelques lycéens expriment une forme de révolte dans leur vie.

C’est une autre formation musicale protestataire, qui a pris le nom de "Comité" (Bizottság). Elle est au cœur de l’exposition, aux Halles des Arts de Budapest. Le Bizottság conteste par le biais de la musique et des dessins de ses artistes musiciens. D’autre part, il a fait ses premiers pas en public en 1980, au Sziget, où se déroule actuellement le célèbre festival de musique. Les trois artistes, principaux protagonistes d’antan, se sont réunis après de longues années de séparation ; il s’agit d’András Wahorn, László fe Lugossy et István Zámbó. "Ils ont dit non aux jurys, ils ont cherché la liberté" indique Gábor Gulyás, le nouveau directeur de Mûcsarnok. Ils évoquent la tradition de la culture non-conformiste comme l’élément fondamental de notre mémoire culturelle. Puis, ils abordent l’amnésie et les souvenirs refoulés de cette époque. Ensuite, ils passent en revue la contre-culture de cette période, en étant d’ailleurs bien documentés, notamment grâce à des vidéos, des affiches, des coupures de presse et des échanges de lettres. Ainsi, ils reviennent sur le moment où la Nouvelle Biennale de Paris a invité Bizottság, à la Villette en 1985, avec ses concepts inédits. Ils ont par la suite fait quelques tournées aux Pays-Bas et en Allemagne. C’est d’ailleurs à ce moment qu’ils ont développé leur inspiration surréaliste et dadaïste, via leurs spectacles, leurs actes et leur manière de vivre. Au final, ils se seront produits durant six années. J’ai rencontré deux chanteuses, revenant de Berlin et des Amériques pour cet événement, surprises par la résurrection du Bizottság.

On retrouve également dans cette exposition un mélange entre le verbe et l’image ainsi qu’entre les images et la musique. Le tout sur un ton en permanence contestataire, qu’il s’agisse du mariage, de la vie politique ou encore des dessins avec leurs drôles de légendes. Bien entendu, d’autres artistes célèbres du mouvement protestataire exposent leurs œuvres comme celles de Miklós Erdély et son Armageddon, ou bien András Böröcz et László Révész avec la guerre des allumettes.

Éva Vámos


 

Műcsarnok, 1146 Budapest Dózsa György út 37, ouvert jusqu’au 13 novembre, du mardi au diman

che de 10h à 18h et le vendredi

de 12h à 21h.

 

Aucu vote pour l'instant.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu