Vous êtes iciLa chronique du palais

La chronique du palais


By JFB - Posted on 22 février 2011

de Natacha Guego

Vivez l’expérience Nobu! C’est peut être une chance unique de faire l’expérience de cette cuisine à mi chemin entre le japon et l’Amérique du Sud (enfin plus près du Japon tout de même) à un prix à peu près raisonnable. Et ce n’est pas à Paris que vous pourrez le faire: depuis que Robert De Niro a fait l’expérience de la garde à vue parisienne, il déteste la France et est bien résolu à ne jamais y ouvrir son restaurant (enfin il a tout de même accepté d’être le président du jury du prochain festival de Cannes, ne mélangeons pas tout!). Donc Budapest est une chance car les tarifs y sont bien plus raisonnables qu’à Londres, Waikiki, Moscou ou Tokyo… même si il fait partie des restaurants chers de la capitale magyare.

Après mon premier passage, au moment de l’ouverture, j’ai longuement hésité à prendre ma plume. J’avais envie d’y retourner au moins une ou deux fois avant de rédiger cet article. Il faut avouer qu’il y a bien des choses que j’avais envie de goûter et un dîner n’était pas suffisant pour tout tester. Et puis la carte du midi étant différente de celle du soir, il fallait aussi y aller déjeuner. C’est finalement ce que j’ai fait. Après un premier dîner à la carte, nous avons testé un menu dégustation et enfin un déjeuner entre copines.
Soyons honnêtes: moi, j’adore! Tout ce que j’ai mangé était excellent, parfaitement cuit et assaisonné, parfois le classique de la cuisine japonaise, parfois plus original et bien relevé mais toujours aussi bon.
Les mini tartares de thon ou de saumon dans un petit bouillon relevé au wasabi sont délicieux. Les tempuras très légères comme doivent l’être une tempura japonaise, des beignets avec une pâte extrêmement fine pour donner du croustillant.
Que vous preniez un menu dégustation le soir ou une Bento box le midi, les quantités sont parfaitement calculées et vous sortirez de là rassasiés sans avoir l’impression d’avoir trop mangé (ou pas assez…). Les menus sont servis de façon classique, un plat l’un après l’autre mais je dois dire avoir un faible pour la Bento box. Une grande boîte à deux étages que l’on vous apporte à table, les deux étages sont séparés par le serveur. Vous avez les plats chauds devant vous: des crevettes en tempura avec une sauce maison, le fameux cabillaud d’Alaska «glacé» avec une sauce façon teryaki mais avec un petit quelque chose en plus, et le poulet bien relevé sur son lit de riz. Tout est parfait, j’adore surtout le cabillaud qui figure aussi sur le menu «signature» pour le dîner (seul bémol dans le menu «signature», cela manque de légumes (ils auraient pu rajouter deux ou trois petits légumes en tempura). A chaque fois j’hésite à le prendre en plat principal mais je craque pour un autre menu. Dans la seconde partie de la boîte, quelques tranches de sashimi avec la fameuse sauce Matsuhisa (du nom du chef copropriétaire et créateur de Nobu) et enfin quelques sushis et makis pour terminer. Et oui, en principe les sushis se mangent en fin de repas. Si vous prenez un menu Signature, ils vous seront donc servis en dernier, juste avant le dessert.
Plus raisonnables les «lunch combinations» toujours servis avec soupe miso et une salade: poulet teriyaki à la sauce wasabi ou bien filet de bœuf là aussi avec choix de sauce. Comptez entre 4500 et 7000 ft pour un repas selon ce que vous aurez choisi. Bien sûr ce sont les menus au poulet qui sont les moins chers. Encore plus raisonnable, si vous voulez tout de même en faire l’expérience, vous pouvez déjeuner avec un bol de soupe aux nouilles Udon, typiquement japonaises assez épaisses servies dans un bouillon avec des légumes et de la viande. Un plat complet en soi pour 5000 ft environ.
Si vous voulez un dessert il vous faudra rajouter environ 1500 ft.
Et à propos de dessert, pas de crainte. On ne vous apportera pas de pâte de haricots rouges mais plutôt un délicieux fondant au chocolat noir avec une boule de glace au thé vert. En général je ne suis pas très fan de glace au thé macha mais là, elle est très onctueuse et la touche de macha est assez délicate et peu sucrée. Une vrai réussite qui se marie assez bien avec le fondant au chocolat.
Au final une addition qui peut être un peu élevée selon ce que vous prendrez mais franchement, cela en vaut la peine et surtout vous ferez l’expérience du fameux Nobu à des prix bien plus raisonnables que n’importe où ailleurs! Alors ne vous privez pas!

Nobu
Hotel Kempinski Corvinus
Bp. Ve arrt, Erzsébet tér 7-8
Entrée par l’hôtel ou coté
Bécsi utca
Tél: (1) 429.42.42
www.noburestaurants.com

Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 4.5 (2 votes)

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu