Les piétons dictent la mode

Les blogs street-style

Suivant les tendances internationales, des blogs hongrois de plus en plus nombreux se penchent sur le style de l'homme et la femme “de la rue” pour déterminer les tendances actuelles. Petit tour d'horizon des streets défilés.

Le photographe japonais Shoichi Aoki s’était aperçu, au début des années 1990, que de nombreux habitants du quartier Harajuku à Tokyo étaient habillé d’une façon complètement différente des autres jeunes japonais. Ils détournaient les styles vestimentaires traditionnels du pays du Soleil levant en portant par exemple le kimonos ou les chaussures geta avec des créations personnelles ou encore des vêtements d’occasion de style punk. Aoki a régulièrement documenté ces “collections spontanées” pour le magazine intitulé FRUiTS. Les jeunes du Harajuku sont ainsi devenu célèbres de par le monde et ont inspiré les plus grands créateurs de mode.

Cette initiave a souvent été mentionné comme étant à l'origine des blogs dédiés au street style. Ces sites se concentrent en effet sur l’homme de la rue qui s’exprime à travers son habillement. Outre la publication de photographies in situ, les blogueurs réalisent souvent des interviews avec ces dictateurs de la mode très origi-naux, tandis que les lecteurs ont la possibilité de commenter, voire de noter, les outfit en question. Certains pages Internet, comme lookbook.nu/ fonctionne en tant que réseau social. Les membres peuvent télécharger des photos d'eux-même que les autres utilisateurs peuvent critiquer. Ces blogs, comme le l'américain thesartorialist.blogspot.com/, sont si populaires au niveau international que le nombre du visiteurs dépasse souvent celui des plus grands magazines de mode comme Vogue. GAP a par exemple demandé à la blogueuse française, Garance Doré (www.garancedore.fr/) de créer des T-Shirt pour la marque.

Le premier street sytle blog hongrois, http://ourstyle.freeblog.hu/ s'est lancé dans l'aventure il y a trois ans. Depuis lors, plusieurs site on suivi le même chemin sur les trottoirs hongrois. Au fil des ans, ces expériences ont démontré les Magyars s’habillaient généralement avec beaucoup moins d'originalité que les jeunes originaires de pays ayant un pouvoir d’achat plus fort. Cependant ces initiatives ont incité l’historienne spécialiste de la mode du musée Kiscelli, Ildikó Simonovics, de lancer le projet Street Fashion Budapest. Sur le site du programme, http://streetfashionbudapest.hu/ tout le monde peut télécharger sa photo en pied. Un jury professionnel a déjà choisi les dix meilleurs combinaisons de vêtements parmi les 500 candidatures envoyées depuis cet été. Ildikó Simonovics étudiera leur garde-robe et le musée Kiscelli achètera probablement quelques-uns des vêtements les plus emblématiques pour compléter sa collection. Ildikó Simonovics présentera également ce projet dans le cadre d’une exposition, celle-ci devrait voir le jour l’année prochaine.

J.Z.

field_vote: 
Votre notation : Aucun(e) Average: 3 (1 vote)