Vous êtes iciLa dernière ligne droite

La dernière ligne droite


By JFB - Posted on 21 septembre 2010

Les élections municipales à Budapest

Quatre candidats sont parvenus à collecter les bulletins de recommandations nécessaires afin de pouvoir se présenter au poste de maire de Budapest lors les élections municipales qui auront lieu le 3 octobre prochain.

Avec le départ de Gábor Demszky, maire de Budapest depuis 20 ans, il était désormais certain que la capitale hongroise serait bientôt dirigée par un nouvel homme fort. Le grand favori, selon les sondages, est le candidat Fidesz-KDNP, István Tarlós, le plus grand rival de Gábor Demszky il y a 4 ans. Les 3 autres candidats sont Csaba Horváth (MSZP), Gábor Staudt (Jobbik) et Benedek Jávor (LMP), ce qui signifie que tous les partis parlementaires sont finalement parvenus à hisser leurs candidats jusqu’aux élections en recueillant les 28.000 bulletins de recommandations désormais nécessaires aux partis pour présenter un candidat. Cette première étape franchi, et bien que la campagne soit dans sa dernière ligne, il semble qu’aucun débat public ou médiatique n’aura lieu, les quatre hommes n’étant pas tombés d’accord sur ce point. Reste ainsi aux électeurs la perspective d’une étude comparative des différents programmes électoraux, dont les grandes lignes sont toutefois très similaires. Les questions et problèmes les plus brûlants sont désormais pris en compte par tous les partis, seule la nature des réponses apportées diffèrent sensiblement.

«Budapest est une ville désordonnée, mal organisée, dont la gestion, peu efficace et inutilement coûteuse, est caractérisée par des projets et des contrats sans fins», telle pourrait être la première affirmation de chaque programme, une approche qui se retrouve chez tous les candidats, qui mettent l’accent sur différentes orientations. Ainsi le Fidesz-KDNP insiste-t-il sur le redressement administratif de la capitale, c’est à dire à la réorganisation des compétences de la mairie centrale et des mairies d’arrondissements. Le Jobbik met quant à lui en avant la sécurité et propose par ailleurs le contrôle exhaustif de tous les contrats et projets d’envergure exécutés à Budapest au cours des 20 dernières années. L’idée centrale du LMP est l’implication des budapestois dans l’évolution des décisions par la création de forums ouverts à tout habitant voulant exprimer ses propositions. Selon le MSZP, l’important est de construire une collectivité solidaire, reflétant l’image d’une ville ouverte et européenne.

Comment faire avancer Budapest?

La réorganisation des compétences des mairies d’arrondissements est un point commun aux programmes de chaque candidat, mais une fois encore les méthodes diffèrent. Le Fidesz-KDNP prévoit le contrôle structurel du fonctionnement de la capital pour redéfinir les attributions des mairies afin de rendre la communication et l’exécution des décisions centrales plus efficaces. Selon le Jobbik, il faudrait créer un forum où les arrondissements et les organisations civiles pourraient exprimer leurs besoins et les accorder avec la politique de la mairie centrale. Le LMP souhaiterait quant à lui réorganiser les compétences entre marie centrale et mairies d’arrondissements en attribuant les décisions stratégiques à la première et les pouvoirs d’exécution aux secondes. Pour cela, il propose la création d’un organe centrale de coordination. Le MSZP préfère resserrer les pouvoirs pour renforcer l’efficacité de la gestion et au nom de la transparence.

Constructions et transports en commun

L’une des questions centrales de la campagne est celle de l’avenir des grands chantiers de la capitale, ceux-ci étant de surcroît liés à la circulation routière et les transports en commun. «Les engagements de la capitale en ce qui concerne les grands projets, comme les parkings P+R, les constructions de tramways, les dernières retouches de canalisation, et le plan Budapest Szive, seront réalisés», souligne István Tarlós dans son programme. Pour faire de l’ordre dans les questions relatives à la circulation dans la capitale, il propose la création d’une Centrale de la Circulation, qui se penchera tout à la fois sur les problématiques de circulation individuelle et de transports en commun. Le programme du Jobbik vise à étendre les transports en commun vers la périphérie de Budapest, via un prolongement des voies souterraines et le développement de moyens de déplacement alternatifs. Le LMP met l’accent sur le rôle que pourrait jouer le Danube qui, du fait de sa position géographique au centre de la ville, pourrait considérablement améliorer l’efficacité des transports en commun en complétant les moyens de déplacement déjà existants. Ils prévoient en outre l’introduction de frais de circulation dans le centre ville, pour modérer la circulation et son impact environnemental. Les idées du MSZP se concentrent sur la réorganisation des principes de circulation en diminuant les trajets transitoires et en créant des “zones vertes”, ouvertes uniquement aux véhicules les moins polluants.

Budapest: une capitale verte

La campagne pour la direction de Budapest s’est également concentrée autour des questions environnementales. Préserver les ressources aquatiques, multiplier les espaces verts, favoriser le recyclage des déchets et introduire des amendes pour le dépôt illégal d’ordures ménagères, telles sont les réponses du Fidesz-KDNP à ces problématiques. Le Jobbik se concentre d’avantage sur la préservation du Danube et des eaux de Budapest et souhaite encourager l’implication des habitants via des programmes de plantation en centre ville. En tant que parti vert, la protection de l’environnement est un sujet de premier ordre pour le LMP. Il souhaite introduire un système local de taxes et d’allocations, en fonction de l’attitude environnementale des habitants et ainsi favorisant l’augmentation des espaces verts de la capitale et la préservation des ressources aquatiques. Le MSZP met quant à lui l’accent sur les parcs et espaces publics, berceaux de la vie urbaine et foyers des communautés, soit le thème sur lequel il base sa campagne.

Si l’attention se focalise particulièrement sur ces quatre candidats, ils sont en revanche plus de 16.000 en lice à l’échelle nationale. Les résultats du 3 octobre à travers la Hongrie reflèteront-ils ceux, très attendus mais sans réelle surprise, de Budapest?

Kata Bors

Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 4 (1 vote)

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu