Expo: Rêveurs en Inde

En 1929, deux Hongroises, une mère et sa fille, sont parties en Inde à pied. Elles avaient envie de connaître de nouveaux horizons et de s’éloigner de la dépression qui s’était abattu sur la Hongrie après la Première Guerre Mondiale.

Elle étaient en outre guidées par une vision qui était apparue, une nuit, à la mère. Dans son rêve, un vieil homme à la barbe blanche, le plus grand poète indien de son époque, le prix Nobel Rabîndranâth Thâkur, dit Tagore, allumait une chandelle et la faisait passer à Erzsébet Brunner Sass afin qu’elle montre ce feu au monde. Les deux femmes ont décrit cette apparition sur-réelle dans une lettre adressée à l’écrivain, qui leur a répondu par une invitation en Inde. Tagore connaissait bien la Hongrie car il avait achevé l’un de ses livres sur les rives du Balaton lors de son voyage en Europe en 1926. Ainsi débuta l’aventure qui marqua la vie d’Erzsébet Brunner-Sass et d’Erzsébet Brunner. Et c’est sous cet éclairage si particulier que l’on peut découvrir leurs mémoires, transmises sous la forme de peintures, à travers l’exposition que leur consacre le Musée des Arts Décoratifs.

En arrivant en Inde, les deux femmes ont dû faire face à une culture, une religion et des couleurs complètement différentes de celles qu’elles connaissaient en Hongrie. Mais outre cette première approche, elles vécurent en Inde une aventure tout aussi bouleversante en fréquentant durant deux années l’université Visva-Bharati fondée par Tagore à Shantiniketan. Là, elles eurent l’occasion de rencontrer la crème des intellectuels du sous-continent, comme le Mahatma et Indira Gandhi ou encore le dalaï-lama. Les cultes, le mysticisme et les paysages exotiques ont plutôt inspiré Erzsébet Brunner-Sass. Elle avait appris la peinture dans l’école de son mari, resté en Hongrie, qui avait été l’un des élèves des grands maîtres de la génération des artistes de Nagybánya. Ainsi peut-on découvrir une influence de l’expressionniste et de l’art nouveau de l’école de Nagybánya sur ses tableaux. Sa série sur les étapes de la révélation de Bouddha domine l’exposition du Musée des Arts Décoratifs.

Le pinceau de sa fille, étudiante en sculpture au moment de leur départ, a d’avantage été influencé par les multiples rencontres faites avec de grandes personnalités au cours de leur voyage. A son propos, Tagore écrivit: «On avait déjà réalisé plusieurs fois mon portrait, mais cette petite fille a trouvé mon vrai caractère». Dans cette exposition, on peut voir son tableau sur Gandhi ainsi que de nombreuses photos portant sur ses nombreuses et remarquables rencontres.

Après avoir voyagé dans plusieurs pays d’Asie et exposé aux États Unis et en Grande-Bretagne, les deux femmes ont finalement passé le reste de leur vie en Inde. On les désigne souvent comme les successeurs des grands voyageurs hongrois qui ont cherché les liens spirituels liant la Hongrie et l’Inde, notamment l’orientaliste du XVIIIe siècle, Sándor Kôrösi Csoma. Erzsébet Brunner, décédée en 2005, a confié une grande partie de son héritage, soit près de 500 tableaux, à différents musées hongrois. Le Musée des Arts Décoratifs ne montre donc qu’une part modeste, 30 peintures, de leur œuvre. Mais cela permet de se faire une idée de ce conte moderne ou comment deux femmes ont eu le courage de changer de vie pour poursuivre un rêve.

Judit Zeisler

 

Rêveurs en Inde –

La peinture d’Erzsébet Brunner-Sass et Erzsébet Brunner

Jusqu’au 26 septembre

Au Musée des Arts Décoratifs

Üllôi út 33-37, 1091 Budapest

field_vote: 
Votre notation : Aucun(e) Average: 3 (1 vote)