Vous êtes ici Francophonie

Francophonie


Francophonie

Nem beszélek franciául

Le français de moins en moins populaire

En Hongrie, 20 après que le russe ait été pendant longtemps une langue obligatoire dans les écoles hongroises, c’est logiquement l’anglais qui arrive aujourd’hui en tête des langues étrangères pratiquées. Plus étonnant: le français n’arrive qu’après l'espéranto.

Vuvuzela

Échos de la francophonie

La chronique de Dénes Baracs

Une relation constructive

Les relations hungaro-canadiennes

A l’occasion de la fête nationale canadienne, le 1er juillet prochain, et à quelques semaines de la fin de son mandat, Monsieur Pierre Guimond, Ambassadeur du Canada en Hongrie, évoque les grands axes de collaboration entre les deux pays et nous livre en sus quelques réfléxions sur le rôle et les enjeux de la diplomatie canadienne en Europe.

Nouveau président de la CCIFH

Rencontre avec Eric Lavost

Le 11 mai 2010, les membres de la Chambre de Commerce et d’Industrie Franco-Hongroise ont choisi Eric Lavost, pour succéder au Président sortant, Sylvain Cotten, aujourd’hui appelé à de nouvelles fonctions au sein du groupe Crédit Agricole. Le nouveau Président de la CCIFH, en Hongrie depuis 2006 pour le compte du Groupe Banques Populaires, a accepté de répondre aux questions du JFB sur le contenu de son programme et sur ses projets immédiats.

Cours du soir

Échos de la francophonie

La chronique de Dénes Baracs

Paris sous le nuage du volcan

Échos de la francophonie:

La chronique de Dénes Baracs

Jamais Paris ne me sembla aussi belle que lorsqu’elle était survolée par ce fameux nuage de cendre émis par le volcan islandais au nom imprononçable. Air de printemps, soleil doux, des lumières chaudes, toutes les nuances du vert dans les jardins publics et du bleu sur les vagues de la Seine, ciel impeccable et sourire incrédule sur le visage des touristes.

Défier la mort

Échos de la francophonie

La chronique de Dénes Baracs

Défier la mort, un rêve vieux comme l’humanité. Car s’il est vrai que la résurrection nous est promise par les différentes religions, le délai d’attente après notre disparition, tout comme les détails de l’événement sont incertains.

Si je parle ici de transcendance c’est parce que, ces dernières semaines, j’ai assisté à plusieurs défis envers la mort, anecdotiques ou historiques. Commençons par les premiers. J’ai la chance de connaître Yvon Toussaint, cet excellent collègue belge à Paris. Eh bien, je viens d’apprendre qu’il a écrit un livre fascinant sur la mort… d’Yvon Toussaint…

Budapest Accueil a 15 ans

Nombreux sont les expatriés francophones qui connaissent et fréquentent Budapest Accueil, une association de bénévoles qui accueille et aide les familles expatriées à se sentir bien dans leur nouveau cadre de vie.

Budapest Accueil est l’un des 168 Accueils répartis dans 78 pays que regroupe la FIAFE, Fédération Internationale des Accueils Français et francophones à l’étranger. A l’occasion de la Soirée organisée pour fêter les 15 ans de l’association, et qui a réuni environ 130 personnes, le JFB a rencontré Marie Cortey Dumont, Présidente de la FIAFE, venue spécialement pour l’événement et Evelyne Ollier, Présidente de Budapest Accueil.

Échos de la francophonie: Champions d’hiver

La chronique de Dénes Baracs

 Si la Hongrie n’est pas exactement le plat pays “avec des cathédrales pour uniques montagnes” évoqué par Jacques Brel (notre Mont Blanc, le Kékes, dépasse à peine les 1000m), du point de vue des sports d’hiver nous ne sommes pas loin de cette définition. J’ai donc suivi avec intérêt la performance des quelques braves athlètes rouge-blanc-verts qui ont fait le long voyage vers Vancouver pour défendre nos modestes chances. Avec intérêt mais en sachant que dans la multitude des habitués des sports d'hiver et de la montagne, ce serait déjà un exploit que d’arracher une place parmi les 10, 20 ou 50 premiers. Un palmarès plus nourri passe pour un rêve dont je ne peux connaître l’issue au moment d’écrire ces lignes.

Rendez-vous en terres inconnues

Échos de la francophonie

La chronique de Dénes Baracs

La recette est apparemment simple: vous prenez une célébrité très connue et suffisamment téméraire pour accepter que des producteurs l’emmènent en Terre Inconnue (d’elle et du téléspectateur) pour y passer plusieurs jours au sein d’un peuple autochtone afin d’y partager la vie des habitants et décrire au public ses impressions et émotions. Le résultat peut être varié. 

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu