Vous êtes ici Francophonie

Francophonie


Francophonie

Rendez-vous en terres inconnues

Échos de la francophonie

La chronique de Dénes Baracs

La recette est apparemment simple: vous prenez une célébrité très connue et suffisamment téméraire pour accepter que des producteurs l’emmènent en Terre Inconnue (d’elle et du téléspectateur) pour y passer plusieurs jours au sein d’un peuple autochtone afin d’y partager la vie des habitants et décrire au public ses impressions et émotions. Le résultat peut être varié. 

Anniversaires

Échos de la francophonie

La chronique de Dénes Baracs

J’ai vécu le vingtième anniversaire de la chute du Mur de Berlin en direct, grâce à la chaîne publique française France 2 qui en a fait un événement médiatique de premier ordre. Les rédacteurs du journal du matin ont tous fait le voyage pour nous présenter les nouvelles en direct de la capitale de l’Allemagne, aujourd’hui réunifiée, mais qui, le matin du 9 novembre 1989, était encore divisée par ce fameux mur en place depuis 28 ans dont nul ne pouvait prévoir qu’il tomberait le jour même.

Un trio exemplaire

Quelques semaines avant que Madrid n’accède à la présidence de l’Union Européenne, au 1er janvier 2010, M. Pierre Labouverie, ambassadeur de Belgique à Budapest, évoque avec enthousiasme le trio qui présidera l’Europe au cours des 18 mois suivants: l’Espagne, la Belgique et la Hongrie.

Et la lumière fut!

 Interview de Nicolas Keutgen, Directeur deTungsram-Schréder en Hongrie

La société Tungsram, fondée en Hongrie en 1896, produit des ampoules électriques et des tubes à vide. Fondée en Belgique, à Liège, en 1907, la société de "Constructions Electriques Schréder" est désormais spécialisée dans la conception et la fabrication de luminaires extérieurs, de projecteurs et mobilier urbain. Nicolas Keutgen, Directeur général de Tungsram-Schréder Zrt. évoque les dernières grandes réalisations de cette entreprise.

Une matinée dans la ville basse

Les tribulations d’une Hongroise à Bruxelles

La «chapelle des marais» - c’est à peu près la signification de l’origine du mot «Bruxelles». J’habite la commune de Woluwe-Saint-Pierre, dont les étangs sont filtrés et drainés constamment et dont les parcs sont d’une beauté exquise, on dirait des cartes postales... mais ne vous couchez surtout pas sur l’herbe si vous ne voulez pas devoir rentrer immédiatement vous changer car la terre est une éponge gorgée d’eau et le gazon y est par ailleurs couvert de fientes d’oie. Ici, les renards parcourent les rues la nuit (résultat du travail bénéfique des Verts). Le matin en revanche, les rues se remplissent d’hommes et de femmes de toutes origines, Allemands, Lithuaniens, Italiens, Espagnols, Japonais, Togolais, Brésiliens, Finnois et Belges bien sûr, qui vont rejoindre leurs bureaux dans d’autres communes comme Etterbeek, Molenbeek, Schaerbeek ou Bruxelles Ville.

Réforme et synergies

Dans le cadre d’une réforme plus générale, visant à optimiser le fonctionnement des services publics, les services de représentation économique à l’étranger ont été scindés en deux entités distinctes. Cette scission marque une nouvelle étape de la réorganisation du dispositif d’appui à l’internationalisation des entreprises françaises vers une plus grande spécialisation qui permettra de renforcer l’efficacité de chacun tout en préservant les synergies naturelles de ces services.

Impressions

Échos de la francophonie

La chronique de Dénes Baracs

300

300 numéros! Cela pourrait sembler peu en dix ans, pourtant c’est considérable. Dans une société où la défense de la francophonie est un combat au quotidien, assurer une publication régulière sur une aussi longue période n’a pas été chose aisée. Ces dix années furent aussi une période de structuration pour les communautés francophones et de rapprochement avec la Hongrie, des objectifs qui nous sont communs et que nous aimerions pouvoir faire progresser.

Longévité

Échos de la francophonie

La chronique de Dénes Baracs

Si le français n’était pas son fort – dans une famille de petits bourgeois de Budapest c’était plutôt l’allemand que l’on devait maîtriser – la langue de Molière a pourtant bien servi mon père quand il fut en poste à Casablanca en qualité de conseiller commercial dans les années 1960. Maintenant, alors qu’il nous a quitté à l’âge vénérable de 99 ans, je fouille ses mémoires tardives. Il les a rédigées ces dernières années, pour combler le temps après la mort de sa dernière femme, qu’il a épousée alors qu’il n’avait que 83 ans. Plus tard, quand on lui posa la question «Qu’est-ce qu’il souhaiterait si un fée pouvait réaliser ses rêves?», il répondit: «Revenir à mes 85 ans».

La rentrée de Budapest Accueil

Comme chaque année, Budapest Accueil nous convie à une grande réunion de rentrée le 15 septembre prochain. L’occasion pour les nouveaux arrivants de rencontrer d’autres Français et francophones et de prendre connaissance des nombreuses activités et rendez-vous proposés par l’association. En bref : de bien commencer l’année !

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu