Vous êtes ici Francophonie

Francophonie


Francophonie

Image de la France en Hongrie ou la culture française dans les manuels scolaires après Trianon

Rencontre avec Catherine Tamussin

Catherine Tamussin a porté jusqu’en Grèce l’exemple de la Hongrie à l’occasion du colloque international de la SIHFLES qui s’est tenu à Athènes en mai dernier sur la culture dans l’enseignement du français. Dans son étude, elle a révélé un chapitre jusqu’ici très peu exploré, où l’on voit que, même au cœur d’une période de vives tensions entre la France et la Hongrie après la signature à Trianon du traité de paix qui a tant amoindri le pays magyar, l’image de la culture française dans l’enseignement n’en est pas moins restée positive car porteuse de valeurs universelles.

Catherine Tamussin a reçu la médaille Aurélien Sauvageot pour l’amitié franco-hongroise.

Nous l’avons rencontrée après son retour du colloque.  

B comme Bordeaux, Berlin… et Budapest

BKL 8, ou Budapest Kultur Lab, à l’assaut de Budapest. Trente-six étudiants en première année de master journalisme étaient en immersion dans la perle du Danube du 8 au 16 mai afin de réaliser reportages vidéos et portraits. Objectif du projet ? “Délivrer un instantané culturel de la capitale hongroise”.

Le management français s’apprend à Budapest

Un master 2 français diplômant en gestion et délocalisé à Budapest a été présenté lors d’un déjeuner à la CCI France-Hongrie.

Comment obtenir un diplôme de management français à Budapest ? La réponse nous a été donnée lors de la présentation du master 2 « Management et Administration des Entreprises » (MAE) spécialité Management Général de l’IAE de Lyon, en Hongrie. Dans le public, certains sont des anciens élèves, d’autres sont ici pour y découvrir la possibilité d’une future formation ou simplement par curiosité. Et il n’y a pas uniquement des cadres en costume dans la salle mais une architecte belge, un médecin lyonnais ou encore deux femmes à la recherche de nouvelles perspectives. Face à eux, Véronique Vignon, responsable pédagogique, expose les bénéfices de sa formation. A ses côtés, Maria Perger, responsable du master et Agnès Ducrot, directrice de la CCI France-Hongrie, l’appuient et complètent.

Législatives 2017 - Maeva Durand

Maeva Durand, PCF

A l’occasion de la fête du travail nous avons posé quelques questions à la candidate communiste de notre circonscription.

JFB : Dans quel pays de notre circonscription résidez-vous et quel est votre parcours ?

Maeva Durand : Il n´est pas nécessaire de résider dans la circonscription pour en être la Députée élue. Jusqu’à l’année dernière, j’ai vécu à Berlin et Leipzig, mais j’ai également résidé dans d’autres villes en Allemagne dans le cadre de mes études comme à Göttingen ou à Mainz. En tant que chercheuse en formation à l’Institut National de Recherche Agricole (INRA) en Sociologie, l’injonction à la mobilité fait également partie de mes perspectives d’avenir. C´est pourquoi je connais bien les difficultés auxquels sont confrontés les jeunes et les moins jeunes. Trouver un travail ou étudier avec parfois de longues périodes de précarité qui se cumulent avec une difficulté de circulation (pourtant nécessaire), avec par exemple les suppressions de lignes de trains de nuits en Europe.

Législatives 2017 - Philippe Gustin

Philippe Gustin et Pierre-Yves Le Borgn’ sont très probablement les deux candidats qui seront au deuxième tour des législatives de 2017. Ils ont accepté de répondre à nos questions sur leur parcours, leurs idées et la situation de la Hongrie au sein de la septième circonscription des Français à l’étranger.

Philippe Gustin

JFB : Vous avez été, entre autres, instituteur, directeur de cabinet du ministre de l’Education nationale et ambassadeur de France en Roumanie : pourquoi, aujourd’hui, vous présenter à une élection législative ?

Législatives 2017 - Pierre-Yves Le Borgn'

Philippe Gustin et Pierre-Yves Le Borgn’ sont très probablement les deux candidats qui seront au deuxième tour des législatives de 2017. Ils ont accepté de répondre à nos questions sur leur parcours, leurs idées et la situation de la Hongrie au sein de la septième circonscription des Français à  l’étranger.

Pierre-Yves Le Borgn’

JFB : Vous vous représentez pour un second mandat et, bien que socialiste convaincu, vous avez déclaré que vous vous placiez « en retrait de la campagne présidentielle de Benoît Hamon » et que vous étiez un « député libre », quelle signification donnez-vous à ces déclarations ?

Législatives 2017 – Anna Deparnay-Grunenberg

A l’occasion de la visite à Budapest de Madame Deparnay-Grunenberg nous avons posé quelques questions à la candidate EELV de notre circonscription.

JFB : Quelles sont les raisons qui vous poussent à vous présenter aux élections législatives ?

Anna Deparnay-Grunenberg : La situation alarmante dans laquelle nos sociétés agissent envers la nature et envers l’humanité elle-même (migration, pauvreté, mais aussi résignation et perte d’orientation de beaucoup de nos contemporains), sont les thèmes qui me font me lever chaque matin en me posant toujours et encore la question suivante : « Quelles actions concrètes, quels changements et quels décisions puis-je prendre aujourd’hui pour faire ma part ? ». Par mon activité professionnelle (accompagnatrice de changement, éducatrice au développement durable), par mes choix en tant que consommatrice, par les façons dont je vis et éduque mes enfants, dont je conduis mes relations sociales, j’agis au quotidien sur cette société. Bien sûr, le fait de m’engager politiquement et associativement, par exemple au sein d’initiatives locales de protection de vergers ou fermes pédagogiques, mais aussi pour l’idée européenne, me poussent à partager mes choix et mes idées.

Rendez-vous en terre créative avec Philippe Brasseur, le « cultivateur d’idées »

Échanges inspirants à l’Institut Français

Une tomate sur une ampoule : tel est le logo porté par Philippe Brasseur, qui se définit lui-même comme « cultivateur d’idées ».  Mission réussie dès la première observation,  face à nos nombreuses interrogations autour de ce fruit posé sur le socle métallique d’une ampoule. Pour trouver la réponse, il faudra être créatif. Développer ce savoir-faire chez les gens est quelque chose de naturel pour ce maitre de la communication. D’où le choix d’une tomate bien rouge pour renouveler la représentation du signal « idée ». À l’image du fruit, la créativité est quelque chose de naturel, qui se cultive.  Nos représentations autour de nos propres capacités vont être renouvelées au fil de ces 3 rencontres. Il nous ouvrira les yeux sur les nombreuses capacités de chacun avec l’importance d’être créatif dans le milieu de l’entreprise et de l’éducation.  « Êtes-vous créatifs ? » interrogation à laquelle, le public de l’institut français a répondu en majorité par la négative et qui aura donné lieu, au fil de nos rencontres, à un changement de perception : chacun peut l’être.

La démocratie s’invite au lycée Kölcsey

Alors que le Mois de la Francophonie bat son plein à travers le monde, le lycée bilingue Kölcsey Ferenc de Budapest a proposé une journée de sensibilisation à la démocratie ouverte à tous lycéens et étudiants de Hongrie. Cette première édition de Journée francophone du droit de vote avait pour thème la corruption et a permis de faire découvrir le rôle de l’OSCE auprès des participants.

Eric Fournier : "La francophonie transcende son espace naturel”

« Nous sommes des milliers à fêter la francophonie et la langue française sur les cinq continents » – a écrit Michaëlle Jean dans son message pour la Journée Internationale de la Francophonie, le 20 mars 2016 évoquant une unité très large, l’esprit des Lumières et le pouvoir des mots qui nous relient. Juste avant le lancement de la 17e édition du Festival de la francophonie organisé du 1er mars jusqu’au 1 avril, nous avons rencontré l’Ambassadeur de France en Hongrie afin qu’il nous présente les nombreux événements culturels ponctuant les festivités tout en partageant avec nous sa vision de l’identité européenne et de l’éducation.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu