Vous êtes ici Société

Société


Société

Mise en Place

Nouvelle naissance pour Kossuth tér

Les travaux de réaménagement de la place Kossuth ont démarré. La première étape a été marquée par le lancement de la construction d’un centre de visites et d’un parking souterrain d’une capacité de 400 à 500 places.

La chronique de Dénes Baracs

La vidéo à ne pas diffuser

Le cauchemar des tueries de Montauban et de Toulouse, où le siège des 32 heures qui précédèrent l’assaut contre l’assassin fanatique et forcené, nous a été relayé par tous les média du monde. La série de ces événements tristes et révoltants était trop dramatique, trop horrible, voire insupportable. Néanmoins, elle a été retransmise sur trois chaînes françaises, 24 heures sur 24, et comme thème phare dans tous les journaux papier et télévisés.

Hausse de l’antisémitisme

Une enquête mené par ADL révèle une hausse "anormalement élevé", et de plus en plus fréquent en Hongrie, d’actes antisémites.

Hausse de l’antisémitisme

Une enquête mené par ADL révèle une hausse "anormalement élevé", et de plus en plus fréquent en Hongrie, d’actes antisémites.

La monnaie de sa pièce

Après que la "République de Hongrie" se soit changée en "Hongrie" (tout court), un bon nombre d’institutions ont dû s’adapter à ces nouvelles dispositions. Certaines structures comme les panneaux aux frontières ont été modifié, à l’image des pièces d’identités. Ainsi, ces répercussions s’étendront très prochainement aux pièces de monnaies. Ce changement, considéré au départ comme trop onéreux, aura bien lieu et répondra à la mise en vigueur de la loi du 1er janvier dernier. C’est pourquoi, les pièces de 5, 10 et 20 forints, produites actuellement, ne comporteront bientôt plus cette mention de "République". Pour l’année 2012, la Banque Nationale de Hongrie (BNH), prévoit 10 millions d’exemplaires, mais au total ce sont près de 30 millions de nouvelles pièces qui seront introduites sur le marché.

Panem et circenses

Revirement pour le cirque national

C’est à Budapest que le Festival international du cirque a eu lieu au mois de février. L’événement culturel de renom s’est déroulé comme prévu. Néanmoins, en coulisses, l’atmosphère était tendue. Parmi les juges et invités d’honneur, beaucoup ont décidé de boycotter la fête, en raison d’un changement inattendu de direction du Cirque National. István Kristóf, directeur du Cirque National, quant à lui s’est également absenté, sous prétexte de son état de santé.

Et si l'avenir fuyait la Hongrie ?

Témoignage d'un étudiant Hongrois

Quand le chômage touche 27% des jeunes, que peuvent-ils espérer? La situation à laquelle fait face le gouvernement est de plus en plus inquiétante. Le pays voit ses jeunes diplômés déserter la patrie qui perd en attractivité et compétitivité. En quoi la jeunesse hongroise peut-elle encore croire ? Voici les paroles de Gábor, jeune étudiant de l'université technique et économique de Budapest (BME).

L’avenir des jeunes hypothéqué

Le HaHa, réseau d’étudiants contestataire

 

Non, le «HaHa» (Hallgatói Hálózat) n’est pas un grand fou rire car dans ce contexte, celui de la réforme de l’enseignement supérieur, c’est plutôt la colère et la contestation que veut exprimer ce réseau d’étudiants. Il s’est constitué en mai 2011 au moment de l’annonce de cette réforme. Zsolt K. Horváth, historien, professeur au département Média de la faculté de lettres de Budapest, mais aussi militant et porte-parole du HaHa revient sur les mesures gouvernementales affectant le système universitaire.

Un positionnement fort de la France en Hongrie

La coopération universitaire

 

Les missions de l'Institut français sont multiples. La coopération universitaire en fait partie. La France à ce titre manifeste une véritable volonté de se positionner en Hongrie dans ce domaine. Et d'ailleurs, elle est la 5ème destination des étudiants hongrois désirant poursuivre leurs études à l’étranger. Quelles sont donc les particularités de la coopération universitaire franco-hongroise ?

L’université, un privilège de riches ?

Réforme de l’enseignement supérieur

 

Le 20 janvier dernier, la secrétaire d’Etat chargée de l’Education a annoncé le nombre d’étudiants pouvant être admis à suivre des études supérieures pour l’année universitaire 2012/2013. Les étudiants ainsi que les responsables universitaires se disent choqués par les chiffres...

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu