Vous êtes iciLa chronique du Palais

La chronique du Palais


By JFB - Posted on 09 mai 2012

Voilà quelques temps que je n’étais pas allée me promener dans le quartier du château. Il faut bien avouer qu’au bout de 12 années de résidence en Hongrie, les visites successives des amis et membres de la familles ont un peu épuisé le plaisir de se balader dans ce quartier pittoresque. Mais la visite de mon filleul Clément m’a bien obligée à y retourner. J’ai ainsi découvert avec grand plaisir que les travaux extérieurs de l’église St Mátyás étaient quasiment terminés et nous avons ainsi pu admirer le toit aux rutilantes tuiles vernissées.

 


 

Malheureusement après quelques jours d’un temps presque estival (la veille, nous avions déjeuné en manches courtes sur le Duna Corso), le vent du Nord sévissait de nouveau et au bout de près de 2h de marche, j’étais littéralement frigorifiée. Je décidais donc de me mettre en quête d’un restaurant pour le déjeuner et pour me réchauffer. Mon filleul étant d’origine russe, j’étais bien décidée à lui faire découvrir toutes les spécialités de la gastronomie hongroise. Après le chou farci la veille, pas question de changer de cap, un restaurant hongrois s’imposait donc. C’est ainsi que nous nous sommes arrêtés dans un restaurant que je ne connaissais pas (autant joindre l’utile à l’agréable!), le 21 Magyar Vendéglő. Pas question de s’installer en terrasse, il ne faisait pas assez chaud. Mais l’intérieur est très contemporain et très agréable.

Une fois la carte en main, pas d’erreur, nous sommes bien dans un restaurant de cuisine hongroise : gulyás, soupe de poisson (à la carpe et au paprika bien sûr), foie gras… à la purée de pommes, sans oublier la salade de concombre à la crème aigre (un de mes péchés mignons) ou l’assiette de charcuteries locales avec le salami, les tepertő etc…

Petit retour en arrière : afin de nous mettre en appétit, un peu de pain frais et une petite mise en bouche. Et c’est là que commence une de mes incompréhensions culturelles : la crème de tepertő. Tout d’abord pour les non-initiés, qu’est ce que le tepertő? Il s’agit en fait de la peau de l’oie prélevée dans sa partie la plus épaisse, puis frite et refroidie pour qu’elle devienne croustillante, voire un peu dure. Une sorte de graton! Les tepertő peuvent aussi être réalisés avec du canard ou du porc. Afin de faire de la « krém », ces gratons sont broyés au mixer avec de la graisse d’oie ou du saindoux et parfois légèrement assaisonnés mais pas toujours. Et c’est là que je n’y arrive pas. Manger en tartine de la graisse d’oie ou du saindoux est au dessus de mes forces gustatives : du gras, du gras, que du gras sans le côté doux ou crémeux du beurre. Rien à faire : cela ne passe pas. Je préfère de loin le körözött, un fromage frais mélangé avec du paprika, de la ciboulette et des épices. Mais ce jour là il n’y en avait pas!

Nous avons donc porté notre choix sur des crêpes à la Hortobágyi (farcies avec de la viande hachée et une sauce au paprika) pour Clément et sur un très classique poulet au paprika avec ses petites pâtes et une salade de concombres pour moi.

Nous n’avons pas été déçus. Les plats sont arrivés très joliment servis et présentés (mon poulet était même servi dans une poêle en métal d’allure un peu vieillie) et franchement il n’avait rien à redire sur la qualité et le goût. Une bonne cuisine hongroise traditionnelle, légèrement relevée mais pas trop salée (ce qui peut arriver fréquemment malheureusement ici).

Autres plats servis à la carte : l’incontournable escalope viennoise, la cuisse d’oie servie avec une purée de potiron, le filet de silure servi avec le «lecsó» ou ratatouille version hongroise. Pour les « allergiques » à la cuisine locale, vous aurez tout de même la possibilité de trouver un plat plus « international » avec un carré d’agneau et ses petites pommes de terre à l’ail, une entrecôte sauce béarnaise, un carpaccio de bœuf aux petits légumes printaniers et un assortiment de petites salades.

Côté desserts, par contre, la carte est assez pauvre. 3 desserts en tout et pour tout, tous très hongrois avec un somlói, genre de génoise avec une sauce au chocolat, des crêpes farcies au fromage blanc ou un gâteau au chocolat assez quelconque.

La grande ardoise au mur propose toujours les plats du jour mettant en valeur les produits de saison et donc, avec le printemps qui s’installe vous aurez peut être un peu plus de chance d’y trouver un dessert à base de fruits frais.

Le service est plutôt agréable, parfaitement bilingue et heureusement puisque nous sommes dans le quartier le plus touristique de la capitale! Dommage pour le « 21 » qu’il soit un peu excentré vers le bout du quartier du château même si  il n’est qu’à 5 minutes de marche de l’église.

Si vous avez de la famille ou des amis, ce restaurant vaut les quelques minutes de marche même si ses tarifs sont probablement un peu plus élevés que les bistrots plus vieillots qui foisonnent dans le quartier, mais qui ne sont bien souvent que des « attrapes touristes » !

21 Magyar Vendéglő

Bp I, Fortuna utca 21

Tel : +36.1.202.21.13

www.21restaurant.hu 

Natacha Guego

Aucu vote pour l'instant.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu