Vous êtes iciConcert à l’Institut Français: Les slashers

Concert à l’Institut Français: Les slashers


By JFB - Posted on 31 octobre 2017

La musique était à l’honneur à l’Institut Français en ce vendredi 20 octobre. Le groupe des “Slashers” y a joué pendant une heure et demie. Jazz, Funk, chansons anglaises, françaises et hongroises: les artistes nous ont régalés.

Entendre le soir de la bonne musique, c'est accorder un juste dédommagement aux oreilles pour tout ce qu'elles ont à souffrir pendant la journée ”. Cette citation de Pierre Marc Gaston de Levis, qui a bien deux siècles, s’accorde parfaitement à notre époque assez agressive auditivement. Nos oreilles sont en effet attaquées toute la journée. Elles méritent d’être stimulées autrement que par des klaxonnements ininterrompus ou par les marteaux et autres scies circulaires utilisées en face de chez nous pour des travaux. Place à de la musique, de la vrai musique et de la bonne musique. 

 


Comme à son habitude, l’amphithéâtre de l’Institut Français était rempli. Après avoir projeté le mardi le film “Rodin” en présence du réalisateur Jacques Doillon, un concert s’y tenait trois jours plus tard à 19h. Les Slashers, que l’on pourrait traduire par les trancheurs, sont neuf gars habillés en noirs, des francophones et des magyarophones, des jeunes et des moins jeunes. Des passionnés. Monsieur l’ambassadeur Eric Fournier était d’ailleurs parmi eux en tant que saxophoniste accompli.  Ce groupe composé de chanteurs, saxophoniste, pianiste, trompettiste, bassiste et encore batteur ont un répertoire éclectique. C’est ce que nous avons vu ce soir-là. 

Le jazz à l’honneur

Une invitée faisait partie du groupe et se produisait pour la première fois avec les Slashers: Gabriella. Cette chanteuse a commencé par nous faire vibrer avec des chants espagnols, plaçant la soirée sous le signe de la sensualité et de la bonne humeur. Nous furent par la suite transportés par Sinatra et son célébrissime “ Fly me to the moon”.

Il aurait été malvenu de ne pas jouer des musiques françaises à l’Institut. Serge Gainsbourg fut à l’honneur avec l’adaptation de ses chansons “Vieille canaille” et “Le poinçonneur des Lilas”, classiques qui ont ravis le public. Quand la nostalgie nous tient...

La soirée s’est poursuivie. Sur scène, les artistes jouaient avec énergie et passion. A chaque chanson on sentait leur bonheur d’être ici. Ce bonheur fut particulièrement ressenti lors de l'interprétation de “Now’s the time” de Charlie Parker. Ce fut le moment le plus réussit de la soirée. Incontestablement. Le dynamisme et la joie des membres du groupe transparaissaient à chaque note. La soirée fut véritablement une réussite.

20h45 sonnait la fin du concert mais aussi le début du week end. Lorsque le vendredi soir se passe comme ça, le week end s’annonce pleins de belles promesses. De belles promesses musicales bien sûr.

François Lalande

Aucu vote pour l'instant.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu