Vous êtes iciMémoire-Enclencheurs

Mémoire-Enclencheurs


By JFB - Posted on 31 mai 2015

L’exposition d’Anna Ádám à la Galerie TAT à Budapest

Avec une pluralité des techniques Anna Ádám revisite les images du passé et les mécanismes de la mémoire. A l’entrée de sa première exposition individuelle à Budapest c’est une jeune femme souriante qui nous a offert des madelaines. Nous sommes à la recherche de Proust, ou mieux, nous nous retrouvons dans l’univers de la Bibliothèque de Babel de Borges – comme l’a remarqué Eszter Kozma dans son discours qui inaugurait l'exposition.

Éva Vámos : Nous arrivons à la salle de l’exposition sur un tapis rouge, en réalité sur une robe-tapis qui habille une jeune femme. Ensuite une performance avec une chorégraphie surprenante accompagne tes images qui renouent la grande et la petite histoire. Quelle est la relation entre tes images et les performances ?


Anna Ádám : La première relation concerne le fond. Toute l'exposition est construite à l'intersection de l'histoire personnelle et collective, et les images sur le mur, les objets dans l'espace et les performances s'inscrivent également dans ce mouvement. De ce point de vue la performance à l'entrée est cruciale, à la fois elle accueille le visiteur et elle le met en situation, c'est à dire qu'elle enclenche ses souvenirs à travers ce gâteau mythique et symbolique de l'enfance. La deuxième relation elle est formelle. Les images, comme les performances font appel à une pluralité des techniques et des savoirs. Dans mes images je mêle la photographie à la broderie, la gravure à la couture ou le dessin à la photo. Cette idée de mélange va de même pour les performances, dans lesquelles je noue les éléments de la danse, du théâtre et de la performance pour créer quelque chose de hybride qui fait appel à plusieurs sens. Enfin, cette pluralité est également valable pour la structure de l'exposition, puisqu'elle est le fruit d'une collaboration entre des personnes venus d'horizons radicalement différents. La tâche curatoriale a été confiée par exemple à une équipe composée d'un Chef opérateur (Gergely Pálos), d'un Chercheur en affaires de corruption (Sándor Léderer) et d'une photographe (Judit Flóra Schuller). De même pour les performeurs, qui n'était des performeurs que pour le jour du vernissage étant donné que leurs activités professionnelles de base étaient souvent très éloignées de la scène (chirurgienne, urbaniste, économiste…). Cette pluralité des savoir et des faires a généré une richesse incroyable en termes de vision, d'approche et de manière de faire.

Éva Vámos : On découvre un savoir-faire dans plusieurs disciplines ! Quelle est ton parcours artistique et quelle est ta formation d’origine ?

Anna Ádám : Je n’ai pas du tout un parcours artistique à la française dans le sens où elle n'est pas vraiment linéaire. J'ai fait d'autres études et d'expériences professionnelles, comme par exemple le stylisme de mode, avant d'entrer à l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy. C'est un lieu de créativité incroyable avec une stratégie pédagogique très novatrice où j’ai pu toucher à plusieurs disciplines, comme par exemple à la performance, à la danse ou à la photographie en même temps. Dans cette école basée sur l'expérimentation, on nous encourage à découvrir avant tout nos centres d’intérêt, puis dans un second temps les techniques qui peuvent nous servir à mettre en forme ces préoccupations. En ce qui me concerne, je m'intéresse à la rencontre entre la mémoire et l'histoire personnelle et collective. Mais tout en me plongeant dans le passé je ne fais qu'interroger le présent : parler des histoires personnelles c'est parler de l'Histoires au pluriel, qui dans le contexte politique actuel revient à interroger la légitimité et la possibilité même d'une histoire unique, "officielle", constamment réécrite et réaménagée…

 

Éva Vámos

Photos : © Zellei Boglárka, 2015

Conception & Réalisation (Images, Objets, Performances) : Anna Ádám

Commissaire d'exposition : Sándor Léderer, Gergely Pálos, Judit Flóra Schuller

Discours prononcé par : Eszter Kozma

Coordinatrice : Judit Gellér 

Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 5 (1 vote)

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu