Mes flâneries hongroises

Sur les pas de la liberté

Je dois avouer que j'ai des difficultés à faire un choix parmi les quartiers que je préfère de la ville. Si j'ai un énorme coup de coeur pour les quelques rues bordant királyi kert j'adore flâner autour de Szabadság tér (et une prochaine fois je vous parlerai des ruelles du château ou encore des magnifiques maisons autour de Városliget, bref choix cornélien je vous le disais).

 


 

Pour me comprendre, posez vous quelques instants avec moi un jour de soleil sur un des bancs de la place et observez les rayons du soleil repeindre les façades de couleurs mordorées au fil de la journée. Pour le moral, c'est juste magique.

D'un côté de la place, en été, les rires des enfants fusent près de la fontaine magique (on ne va pas dénaturer le secret quand même... ) et de l'autre côté, c'est avec un œil moqueur que je regarde la statue de Ronald Reagan près du mémorial de guerre soviétique. Et au milieu, c'est l'endroit parfait pour une pause déjeuner ou un verre au soleil. Le soir, la place est le rendez vous des propriétaires de chiens, presque the place to be à Budapest !

Mes yeux ne savent plus où donner de la tête entre les façades ciselées et ornementées de l'Ambassade des Etats-Unis (ou plutôt du bunker devrais-je dire) ou de l'ancienne télévision publique. Mais les rues tout autour du square sont tout aussi intéressantes. Sur Bank utca se trouve la banque nationale hongroise, bâtiment construit en 1905 sous l'influence du courant de l'Art Nouveau. Sur le mur situé du côté de Szabadság tér est sculptée une fresque représentant un Hamlet tenant un crâne. En entrant dans la banque, il est difficile de ne pas tomber sous le charme de la grande horloge et des plafonds ornés de milliers de fleurs.

Je tourne à gauche dans Hold utca et passe devant la célèbre Caisse d'Epargne, bâtie par Ödön Lechner en 1901. Le travail réalisé sur cette façade est absolument magnifique et fourmille de détails comme Ödön Lechner a su le faire à plusieurs reprises dans Budapest. Il a notamment entrepris un travail exceptionnel sur les toits, le parant de fleurs, d'anges et de dragons. Quand on lui demandait pourquoi avoir été si minutieux pour un endroit si peu visible, il répondait : les oiseaux peuvent l'admirer.

Dans cette même rue se trouve un marché couvert (Vásárcsarnok), construit dans le même esprit que les halles centrales, mais beaucoup plus petit. L'endroit abonde de petits stands permettant de se restaurer rapidement et à la hongroise le midi. Au bout de Hold utca, je tombe sur la flamme éternelle qui commémore le Comte Batthyány, tué à cet endroit après l'insurrection de 1849. Là également, il y a le café Szabadság, connu pour être le lieu où le poète Endre Ady a écrit ses vers les plus importants en 1906.

Dans la rue Aulich, outre les façades toujours plus fantastiques les unes que les autres, j'entre dans une jolie petite galerie contemporaine qui expose de très jolies peintures ce jour là (Next Art, Aulich utca 4-6).

Retour sur la place Szabadság, mais pas pour longtemps. Je bifurque tout de suite à gauche, dans Honvéd utca. Au numéro 3 un café Art Nouveau m'attend. La Bedô-Ház est à la fois un petit musée d'arts décoratifs de genre Sécession (ou Art Nouveau) et un troquet à l'ambiance surannée tout à fait charmante. Faire une pause dans cet endroit est vraiment un réel plaisir pour les yeux.

Ma promenade enchanteresse se termine sur cette note agréable et je retourne vaquer à mes occupations de mère de famille.

Juliette Monroche

 

field_vote: 
Aucu vote pour l'instant.