Heureux qui comme Ulysse...

Sara Berti, de la Biennale de Venise à la Maison Brody

La sculpture de Sara Berti a été choisie pour la Biennale de Venise afin de représenter l’art italien à l’étranger – c’est une entrée importante sur la scène internationale pour cette jeune artiste déjà habituée à partager sa vie entre l’Italie et la Hongrie et dont les oeuvres sont exposées un peu partout en Europe. Hérétière de l’art de l’Antiquité, elle apporte du nouveau par ses statues et des monuments érigés sur sa terre natale.



 

Evolution constructive est le titre de sa sculpture exposée au Pavillon Italien à Venise. Des projections de l’oeuvre de Sara Berti ont eu lieu à l’Arsenal pendant que le public regardait la sculpture ; une éloge du corps d’une manière inattendue. Il s’agit d’un corps taillé dans le bois et qui n’est pas achevé dans le même style. La perfection, la beauté du nu n’est pas uniquement celle d’un torse. L’artiste va plus loin que Rodin. L’oeuvre se termine sur un autre registre car le corps humain répond aux lois de la géométrie – mais on ne peut pas non plus réduire uniquement le corps à la géometrie – c’est ainsi que l’artiste exprime la symbiose entre la perfection et l’imperfection dans l’existence humaine. Cette sculpture a beaucoup voyagé. Le bois, du tilleul, vient d’Italie. La sculpture a été exposée d’abord à l’Institut Italien de Budapest, puis à la Biennale de Venise pour revenir ensuite à Budapest, à la Maison Bródy. Ulysse en bronze – ce personnage mythique - figure également dans son oeuvre déja importante. Et cette oeuvre-là est perçue comme étant proche de Giacometti et de la collection que la Fondation Maeght expose dans son Musée Jardin.

C’est toujours le corps humain qui est au centre de son intérêt, le corps qui nous héberge tout au long de notre vie. Son style, qui lui est propre, évolue par ce mélange des genres et des matériaux, du passé et du présent. Elle est très ouverte et s’essaye dans tous les matériaux en sculpture et aussi dans différents genres, en peinture et dessin également. Ses mouvements sculptés s’harmonisent avec les oeuvres d’István Nadler – présentées par les galeries B55 et Várfok à Budapest. Elle a cette capacité à vivre plusieurs vies à la fois entre Bologne, sa ville natale et ses expositions à Berlin et Coppenhague. Elle s’arrête tout de même de plus en plus souvent à Budapest dans son atelier qu’elle partage avec son mari, l’historien d’art Zoltán Somhegyi. Ce lieu se trouve dans le quartier historique de Pest, près de l’ancien Parlement devenu l’Institut Culturel Italien. A coté de l’Institut on découvre la Maison Bródy qui accueille la sculpture de Sara Berti. C’est autour de son oeuvre que les collectionneurs d’art se sont réunis. Le propriétaire de la Maison Bródy, Peter Grundberg, a eu l’audace de créer ce carrefour artistique en vue d’y accueillir artistes et expositions dans un cadre historique remarquablement rénové.

 Adresses: Saraberti@ hotmail.it, www.saraberti.com, www.saraberti.net

Bródy House, 1088 Bródy Sándor u 10, www.brodyhouse.com

Zoltán Somhegyi: Sans titre. Cím nélkül. Selected works from the Szalóky Collection

Éva Vámos

 

field_vote: 
Votre notation : Aucun(e) Average: 5 (1 vote)