La Hongrie orange

Résultats sans surprise des élections municipales

Après les élections législatives du mois d’avril dernier, la coalition Fidesz-KDNP a de nouveau remporté une victoire historique lors des élections municipales du 3 octobre dernier.

Les élections municipales, qui se sont déroulées le 3 octobre dernier, ont revêtu un caractère historique: d’une part, le Fidesz-KDNP a gagné avec une avance jamais vu depuis 20 ans, d’autre part, c’est la première fois depuis le changement de régime qu’une coalition de droite peut remporter les élections municipales après avoir gagné les élections législatives. Le MSZP (parti socialiste) a ainsi perdu de nombreuses mairies importantes. Quant au Jobbik et au LMP, ils ne sont pas parvenu à atteindre les objectifs qu’ils s’étaient fixer.

La faible participation (46,6%) lors de ces élections s’explique pour trois raisons. D’une part, selon tous les sondages, le Fidesz-KDNP était le grand favori de ces élections, ce qui n’a encouragé ni leurs sympathisants ni leurs opposants à aller voter. De plus, ceux qui souhaitaient exprimer leur désaccord envers les socialistes, au pouvoir pendant les 8 dernières années, l’ont fait au mois d’avril. Enfin, il n’y a pratiquement pas eu de campagne et les partis ne sont pas parvenus à avancer de réelles nouveautés par rapport aux élections du printemps dernier. En outre, il s’agissait des premières élections après que la loi relative au système électoral municipal a été modifiée. Le but de cette nouvelle réglementation était entre autres de réduire le nombre des députés.

Fidesz-KDNP

C’est donc la coalition au pouvoir du Fidesz-KDNP qui a obtenu le meilleur résultat lors des élections. Les deux partis ont réussi à enregistrer 400.000 votes supplémentaires par rapport aux élections de 2006 et ils ont également doublé le nombre de leurs maires. La coalition a remporté la majorité dans 22 sur les 23 grandes villes du pays et dans 19 départements puisque les électeurs étaient également invités à choisir leurs conseillers généraux. Si le Fidesz-KDNP se réjouit d’avoir conquis plusieurs villes demeurées aux mains des socialistes pendant de nombreuses années, notamment Miskolc et Nyíregyháza, le plus grand triomphe de la coalition est la prise du bastion social-libéral: Budapest. Avec un score de 53,37%, c’est István Tarlós qui va diriger Budapest, redevenue, selon les mots du Premier Ministre Viktor Orbán, «la capitale de la nation». Il a également déclaré: «Au cours des 20 dernières années, Budapest était toujours en conflit avec le reste du pays. Aujourd’hui, Budapest a réintégré l’unité hongroise et elle est de nouveau la capitale du pays».

MSZP

Le grand perdant de ces élections est sans nul doute le MSZP, qui a réalisé son pire score depuis 1990. Le parti socialiste n’a ainsi pu remporter la mairie que dans trois arrondissements de Budapest: Angyalföld (XIIIe arrt.), Kispest (XIXe arrt.) et Pesterzsébet (XXe arrt.) et il n’a pu se maintenir que dans une seule des villes ayant un statut de département: Szeged.

Par ailleurs, à travers le pays, seules 8 villes de plus de 10.000 habitants ont élu un maire socialiste: Dorog, Szentes, Kazincbarcika, Tiszaújváros, Ajka, Makó, Nyírbátor et Sajószentpéter et, au total, le MSZP n’est à la tête que de 49 communes, soit le 10e des villes et villages remportés par le Fidesz-KDNP. Malgré ces résultats décevants, le MSZP a atteint le second meilleur résultat dans presque tous les départements et dans la capitale, où Csaba Horváth a réalisé un score de 29,47%, et demeurera ainsi le plus grand parti d’opposition.

Jobbik

Les objectifs que s’était fixé le parti radical Jobbik – à savoir devenir la seconde force derrière le Fidesz-KDNP, devancer le LMP à Budapest et acquérir une place importante dans les conseils généraux – n’ont pas été réalisés. De plus, l’influence du Jobbik semble décroître peu à peu dans l’Est de la Hongrie, ce qui a contribué au léger renforcement du MSZP. La liste du parti n’a remporté que 9% des votes, quant à son candidat à la mairie de Budapest, Gábor Staudt, il a dû se contenter de 7% des voix. Le Jobbik a tout de même réussi à remporter la mairie de 3 villes, dont Tiszavasvári qui est devenue la «capitale» du parti avec un maire et une majorité d’élus Jobbik.

LMP

Lors de ces élections, le parti écologique LMP (La Politique Peut Être Différente) n’est parvenu à remporter qu’une seule mairie, à Ivád, et 48 postes de conseillers municipaux dont 23 dans des arrondissements de Budapest et 25 dans le reste du pays. Seuls 3 députés ont pu intégrer le conseil municipal de Budapest. Une piètre consolation: la liste du LMP et Benedek Jávor ont devancé le Jobbik dans la capitale.

Máté Kovács

Articles: 
field_vote: 
Votre notation : Aucun(e) Average: 4.5 (2 votes)