Vous êtes ici Billet d'humeur

Billet d'humeur


Billet d'humeur

VALAMI MÁST?

C’est le moment du salut. Une huitième et dernière colonne. Un huit qui se dandine à l’infini, couché, au chaud. Rideau.

VALAMI MÁST?

Lumière directe. Soleil d’hiver dans l’air glacial. Glacis sur les façades. Brillance crue qui reflète jusqu’au moindre détail. Luisance. Rien à dire. Silence.

VALAMI MÁST?

Ritournelle, un retour, un départ. Une histoire de territoire. Je suis là sous ma douche, je chantonne. Je m’éloigne dans la nuit, c’est encore elle qui m’accompagne. Je m’en vais, adieu et je chante. Ritournelle. Territoire. Terre. Vibration de l’air. Particules en vadrouille. Son. Musique.

Valami mást?

Ce n’est pas vrai. D’abord qu’est-ce que t’en sais? Tu racontes des histoires ou bien t’as inventé. Mais non y’a pas de danger. Arrête ton cinéma. Et si tu racontais n’importe quoi

VALAMI MÁST?

Je l’avais pourtant bien mis de côté, chassé à coups de pieds, écrabouillé des deux mains. Un petit paquet serré qui prend pas beaucoup de place coincé au fond du ventre, à l’abri des regards. Bien sûr des fois, ça remuait là-dessous. Fallait savoir s’y prendre. Inventer des histoires. Faire semblant d’y croire.

VALAMI MÁST?

Ça va être délicat de parler de cette histoire, de l’histoire encore là qui est pourtant finie.

Des impressions fugaces auxquelles je ne laisse pas beaucoup de place: un poids inhabituel, une lourde obéissance, une façon de parler, de peur qu’encore une fois, on vous écoute là-bas.

Et je me dis tout bas, ce bout d’histoire hongroise, le couvercle sur la tête, les communistes en tête, tu peux l’imaginer, tu comprendras jamais.

De quoi vas-tu parler? Tu vas t’apitoyer et excuser aussi ce qui perdure encore?

Non, ça c’est sûr que non, je ne vais pas faire d’histoire.

VALAMI MÁST?

Deuxième colonne, deuxième! Et déjà une vague allure de rendez-vous régulier.

Eh, eh, va falloir veiller au grain, ne pas s’endormir sur ses lauriers, se vautrer dans les habitudes. C’est vite là ces petites bêtes, ça se cache dans les coins, ça prend le même chemin. Le même trajet, tête baissée, ventre serré. Y’en a même qui chuchotent «C’est comme ça, tu n’as pas le choix, de quoi tu vas avoir l’air? t’as pensé à ta mère?» Des petits poisons qui tournent en rond, des «copié collé» à foison.

Bons Baisers du Moineau Masqué

Bon c'est fait ! J'ai opéré le catapultage au-dessus de la mare aux poissons et me voici encore de l'autre côté.J'ai volé américain (American AL) juste pour le plaisir de célébrer mon retour en savourant une délicieuse salade OGM, un sauté de poulet OGM, un triangle de caoutchouc jaune répondant à l'attribut de "cheese" de ce côté de l'atlantique (les experts en paléontologie trancheront), le tout arrosé d'un "Pas-St Emilion-du tout-Coke 2009" qui a défaut d'avoir de la cuisse en donne de la cuisse...Je me suis donc abstenue sur le Donut tout lustré de Corn Syrup, benoîtement en embuscade derrière le cheese à la jaunisse.

Boit la tasse

Voilà bien longtemps que je n’avais évoqué dans cette colonne cette étrange population longtemps caricaturée que sont les expats-triés. Certes, ils peuvent être affectés d’un curieux syndrome qui leur fait parfois mélanger les langues en une espèce d’esperanto intime. Certes, de pays en pays, leur vie peut ressembler à une bibliothèque achetée chez Ikea. Elle vous est livrée en kit, par panneaux disséminés, par étagères à superposer et par beaucoup de cartons à jeter. 

Le petit billet d’humeur en culotte de velours

Bientôt Noël et sa grande fête de la Nativité. Voici venu le temps des contes et des chants. Et comme c’est pas donné à tout le monde d’être le fruit d’une Immaculée Conception, voilà une petite histoire de fabrication de Bébés expliquée aux adultes …par une enfant.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu