Vous êtes ici Découverte

Découverte


Découverte

Gábor Király : „Je suis goal, pas top-model”

Maintenant ou jamais ! Jeudi et dimanche, la Hongrie défie la Norvège dans l’espoir de décrocher l’un des derniers tickets pour le championnat d’Europe des Nations 2016 de foot en France. Titulaire régulier en sélection depuis 1998 malgré quelques turbulences, adoubé à Berlin, adoré à Londres et porteur d’un éternel jogging dans un job où le short règne en maître, Gábor Király s’exprime…en jean.

IN MEMORIAM 1914 – 1918 ...

Le 11 novembre 1918 à 5h20 était signée au nord de Paris l’armistice qui mit fin à plus de quatre ans d’une effroyable boucherie sur les sols français et belge.

Bilan global: 9 millions de morts, 8 millions d’invalides. Parmi les combattants: 2 millions d’Allemands, 1,4 millions de Français et 1,2 millions d’Anglais tombés au combat (pour le seul front de l’ouest). Sans compter en France les 260 000 disparus, 800 000 maisons détruites et 3 millions d’hectares de terres agricoles saccagées....

Le 20 août, Fête nationale hongroise: journée du rassemblement?

S’il est une journée qui m’est chère, c’est bien celle du 20 août, jour de la Saint Etienne, Fête nationale hongroise.

Fondateur du royaume, Saint Etienne fut couronné en l’An mil (1). Il mourut un 15 août, en 1038. C’est en 1083, soit moins de cinquante après sa mort, qu’il fut sanctifié par le pape Grégoire VII, sur l’initiative du roi László 1er (Saint Ladislas), et que la date du 20 août fut désignée pour célébrer son souvenir. Journée proclamée fête religieuse trois siècles plus tard, sous le règne de saint Louis le Grand (Lajos 1er, 1342-1382). Fête qui tomba par la suite en désuétude, mais que Marie-Thérèse relança et consacra, lançant notamment le culte de la Sainte Dextre (main droite du roi défunt), relique faisant chaque année l’objet d’un grande procession. Ce n’est qu’en 1891 que le 20 août fut décrété jour férié par François-Joseph. Célébré sous la période communiste comme „Fête de la Constitution” (2), il retrouva son sens originel avec le changement de régime de 1989 et fut à nouveau décrété fête nationale en 1991 aux côtés du 15 mars (1848) et du 23 octobre (1956).

Le Balaton: un charme irrésistible ...

(mais trompeur....)

Les Romains l’appelaient le „lac plat” (lacus pelso), appellation reprise par les Allemands et les Autrichiens (Plattensee). Son nom viendrait du vieux slave „blato” qui signifie „vase, marécage” et c’est ainsi que le nomment les Slaves du Sud („Blatno jezero”). Les Hongrois, quant à eux, le qualifient volontiers de „mer hongroise” et se plaisent à lui conférer le diminutif affectueux de „balcsi” [pron. „bâltchi”]. Une appellation de „mer hongroise” non usurpée, tant il est vrai que, moyennant un minimum d’imagination, on pourrait par moments s’y croire au bord d’une mer.

Le pont blanc de Budapest fête ses 50 ans

Les récents événements du 26 octobre 2014, contre le projet du gouvernement Orban sur la taxe internet ont mis ce pont sous les lumières bleues des écrans portable brandis par des milliers de manifestants. Il s’agit du pont Erzsébet qui vient de célébrer ses 50 ans en ce mois de novembre.

Vilmos Bárdosi, Pont culturel entre la Hongrie et la France

Nous avons rencontré, dans son bureau de l’Université Eötvös Loránd de Budapest, Vilmos Bárdosi, professeur des universités, directeur du Département d’Études Françaises et directeur de l’Institut des Langues romanes.

Entretien avec Patricia Petibon

Les Illuminations au Festival de printemps de Budapest

Une belle voix soprano, colorature – Patricia Petibon vient à Budapest pour le Festival de Printemps pour chanter les Illuminations de Britten. Elle se produit dans de grands théâtres lyriques européens comme au Festival d’Aix ou à Salzbourg. Elle a un grand répertoire : Des Indes Galantes de Rameau jusqu’aux chansons populaires espagnoles elle a réussi  à apporter du nouveau dans son interprétation.  A la veille de ses spectacles prévus à Munich, puis à Budapest elle nous a accordé une interview.

Interview avec Wax Tailor

Peux-tu te présenter pour notre journal ?

Jean-Christophe, alias Wax Tailor : je ne suis jamais à l'aise avec le qualificatif :  Dj/ compositeur etc., je dis souvent metteur en son, je trouve que c'est ce qui me résume le mieux au final.

Ton univers ?

Quand je parle de metteur en son, ce n'est pas pour inventer un bon mot, c'est que je me positionne par rapport à la musique ; ie, non seulement comme un compositeur mais comme quelqu'un qui a une vision d'appréhender la musique et qui aime bien, par tous les moyens nécessaire, comme disait Sartre,  de se dire comment tu vas amener à travers de la matière, des éléments, de la composition, à travers des invités, à l'image d'un réalisateur qui monte son film. Musicalement, je viens de la culture hip-hop, j'ai grandi avec ça, ce qui me permet de faire une musique référentiel, qui n'est pas caché sous le manteau. J'assume pleinement certaines références, mais après, j'essaie d'en faire une digestion personnelle.

Communiqué de presse « LE PRIX HUNGARICA 2012 »

Le neuvième Prix Hungarica, d’un montant de €4000, vient d’être attribué par son jury à  Mateusz Chmurski pour sa thèse de doctorat en littérature d'Europe centrale, soutenue à l’université de Paris-Sorbonne, en cotutelle avec  l’Université de Varsovie et intitulée „Figures de la modernité. Théorie et pratique du texte dans les littératures d'Europe centrale (1900 - 1914) à travers les œuvres de Karol Irzykowski, Ladislav  Klíma et Géza Csáth”.

Le jury a aussi décerné un accessit de €2000 à Céline Carenco pour son mémoire de Master 2 en musicologie présenté à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et intitulé „L'influence des transcriptions d'œuvres d’Hector Berlioz sur l'écriture  orchestrale de Franz Liszt”.

Mécénat

Le 10 janvier s’est tenu le vernissage de la Mazars galéria une initiative visant à permettre à des artistes talentueux de présenter et de vendre leurs œuvres. Exposés au sein des locaux de Mazars Hongrie, ces œuvres sont le témoignage de la volonté du célèbre cabinet comptable international d’ouvrir une réflexion sur les valeurs de  l’Art et sur le monde au-delà de l’entreprise. Du 10 janvier au 10 juin, c’est l’artiste peintre, graveur et photographe Anna Pálos qui est exposée pour le plus grand plaisir des visiteurs. Lors du vernissage, en présence de S.E.M. Roland Galharague, Ambassadeur de France en Hongrie, deux jeunes musiciens talentueux, Borbála Szikora et Márton Szikora, ont présenté à la clarinette et à la flûte des compositions de Mozart, Bach, Handell, Van der Hagen, Loillet et Boismortier.

 

 

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu