Vous êtes ici Gastronomie et vins

Gastronomie et vins


Gastronomie et vins

France – Hongrie : 2 partout !

 

Et voilà, après deux jours de compétition intensive le Bocuse d'Or a été attribué pour la première fois de son histoire à l'équipe des Etats Unis et à son chef Mathew Peters. Sur la seconde place du podium, le Bocuse d'argent revient à la Norvège et enfin le Bocuse de bronze à l'Islande.

Mais alors la France et la Hongrie me direz-vous... Et bien elles sont toutes les deux aux pieds du podium et ont toutes deux remporté deux prix.

L'équipe hongroise emmenée par le charismatique chef Tamas Széll a remporté le prix du plus beau poster et surtout le prix spécial du plateau c'est à dire le meilleur plat de viande, ou plus exactement de volaille pour cette année. Il faut aussi rappeler que cette équipe avait remporté la compétition européenne du concours en mai dernier à Budapest.

C’est le Nooord… !

Et quand je dis le Nooord, je veux dire le grand Nord ! Là où il fait vraiment froid, très froid. Un peu comme en ce moment... Quel rapport avec mon sujet de prédilection me direz-vous ? Et bien justement, c'est la cuisine nordique. Et là, posez-vous la question : Que connaissez-vous de la cuisine nordique ? Surement pas grande chose, comme moi, à part le saumon gravlax (très facile à réaliser maison d'ailleurs, promis ma recette très bientôt), les fameux smørebrød (tartine de pain de seigle beurrée agrémentée de charcuterie, de fromage, de condiments...) ou les boulettes de chez Ikea. Et quand on parle des pays nordiques, de quoi parle-t-on exactement ? Ce sont les questions que s'est posé le chef suédois Magnus Nilsson avant d'entamer un véritable voyage culinaire.

Bocuse d’Or Europe à Budapest

Ça y est, nous y sommes ! La Hongrie a désormais sa place sur la carte gastronomique du monde. Le 10 et 11 mai prochains, c’est à Hungexpo à Budapest qu’aura lieu le fameux concours Bocuse d’Or Europe. 20 pays européens y participeront afin de choisir les 11 meilleurs chefs qui à leur tour représenteront leur pays au concours mondial Bocuse d’Or 2017 à Lyon. Mais avant cela, le 18 février, c’est parmi six chefs hongrois qu’un jury professionnel choisira le gagnant qui représentera la Hongrie.

Le nouveau dîner d’Epicure

Auguste Escoffier fut un précurseur à plus d’un titre. A la suite d’un diner donné en son honneur, Guillaume II l’aurait félicité en lui disant : « Moi, je suis l’Empereur d’Allemagne, mais vous vous êtes l’empereur des cuisiniers ». La phrase largement reprise dans la presse, l’on dit très vite de lui qu’il était le roi des cuisiniers, le cuisinier des rois… Cela vous rappelle quelque chose ! Escoffier a modernisé et codifié notre cuisine. Son « Guide culinaire » est toujours à ce jour une référence pour tous les cuisiniers qui étudient la cuisine française. C’est aussi lui qui a développé le concept de brigade de cuisine en rationnalisant la répartition des tâches dans l’équipe et en veillant à l’image de marque du cuisinier (propre, méticuleux, non buveur, non fumeur, ne criant pas…). Une image aujourd’hui dénoncée par certains encore récemment dans la presse.

A Paris, que faut-il pour que les tomates rougissent ? La Tour Eiffel bien sûr !

 Les tomates poussent à l’ombre de la Tour Eiffel. Vous ne me croyez pas ? Si, si. Je vous le garantis. Je les ai vu et je les ai même goutées. Ainsi que les haricots verts, les fraises, les framboises, les figues, les capucines ou la mertensia maritima (une petite plante aux feuilles qui ont un délicieux goût iodé, c’est comme manger une huître végétale). Il y a aussi des pommes et des poires mais elles n’étaient pas encore mûres.

Bon Baisers de… Lyon

Les 29 et 30 Janvier derniers a eu lieu à Lyon le plus grand événement de la gastronomie mondiale : le Bocuse d’Or. Cette compétition a permis à 24 équipes représentant 24 pays de s’affronter après des sélections drastiques sur tous les continents (60 pays inscrits) et, cette année, pour la première fois, la Hongrie a été sélectionnée pour participer à la finale. Lors de la finale européenne en Mars 2012 à Bruxelles, la Hongrie s’est classée 9ème sur 20 en devançant ainsi l’Italie. Une véritable performance, très remarquée ! L’équipe menée par Tamàs Széll le jeune sous chef du restaurant Onyx, tout juste 30 ans, devait donc relever le défi après plusieurs années de préparation intensive.

Chochongrie

Chocolat et design en Hongrie : le bonheur inspire la créativité

L'amour du chocolat est ici attribué à un personnage que tout le monde connait en Hongrie : Artúr Gombóc. Son nom traduit en français est Arthur la Boule, et donne comme un air d’aventurier à celui qui fut un noble Breton cachant ses origines. Avant tout, ce fut surtout un gourmand, un amoureux du chocolat qui de ce fait avait bien pris la forme d'une grande boule. Il est d'ailleurs devenu, beaucoup plus tard, un oiseau d'une espèce indéfinie - probablement un corbeau un peu laid – dans le dessin animé très créatif écrit par  István Csukás, dessiné par Ferenc Sajdik, et réalisé par Attila Dargay, dans les années 80. Connaissant les autres personnages, un oiseau qui mange du chocolat n'est nullement curieux.

Bon Baisers… très Cacao !

Les évènements liés à la gastronomie sont nombreux en cette fin d’année. Le SIAL, salon international de l’agroalimentaire et le Salon du Chocolat sont ceux que j’ai visités pour vous. A la demande générale, je vais commencer par le salon du chocolat et donc vous faire part des petites trouvailles que j’y ai faites (les nouveautés du SIAL feront l’objet de mon prochain article).

Bons Baisers de… Paris

Après presque 13 ans à Budapest, me voici de retour dans ma ville natale. Pas question pour autant de vous laisser tomber. Alors, bien sûr, je ne vous parlerais plus des restaurants en Hongrie mais au gré de mes balades je vous proposerais des idées de visites, de petits restaurants que j’aime, des découvertes à faire si vous passez par là où mes pas me portent.

Coopération boulangère

Près de seize ans se sont écoulés depuis le premier protocole de coopération entre le Conseil général du Finistère et le département hongrois du Csongrád en 1996. Comme nous allons le voir cette coopération est toujours dynamique aujourd’hui.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu